Crise au Venezuela: gouvernement et opposition d'accord sur une plateforme de dialogue permanente

"J'exprime une nouvelle fois ma reconnaissance aux deux parties pour leurs efforts et leur esprit de coopération", a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide.
"J'exprime une nouvelle fois ma reconnaissance aux deux parties pour leurs efforts et leur esprit de coopération", a déclaré la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide. - © ELVIS BARUKCIC - AFP

Le gouvernement et l'opposition au Venezuela se sont mis d'accord sur la mise en place d'une plateforme de dialogue permanente, après avoir conclu une session de pourparlers à la Barbade, a-t-on annoncé jeudi de source officielle norvégienne.

Les délégations du gouvernement et de l'opposition étaient réunies depuis lundi à la Barbade pour un troisième round de pourparlers depuis mai, menés sous les auspices de la Norvège. Les deux premières réunions organisées à Oslo en mai n'ont donné aucun résultat tangible. "Il est prévu que les parties mènent des consultations pour pouvoir avancer dans les négociations", a ajouté le ministère, sans donner de date sur de nouvelles rencontres.

Nicolas Maduro a affirmé à plusieurs reprises que le dialogue "continuerait" avec l'opposition

Des sources au sein des deux parties ont confirmé à l'AFP la fin des pourparlers à la Barbade. Le gouvernement norvégien enjoint aussi les deux parties à prendre "un maximum de précautions dans leurs commentaires et déclarations en relation avec le processus" de dialogue. "J'exprime une nouvelle fois ma reconnaissance aux deux parties pour leurs efforts et leur esprit de coopération et je remercie le gouvernement de la Barbade pour son hospitalité", a ajouté la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide, citée dans le communiqué. La semaine dernière, l'opposant Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays, avait écarté de nouvelles négociations après la mort en détention "après avoir été torturé" du capitaine de corvette Rafael Acosta Arevalo. Le soldat était accusé par le gouvernement d'avoir voulu participer à une "tentative de coup d'Etat" déjouée. De son côté, Nicolas Maduro a affirmé à plusieurs reprises que le dialogue "continuerait" avec l'opposition. Outre le bras-de fer politique entre le dirigeant socialiste et le chef de file de l'opposition, le Venezuela, pays aux plus grandes réserves pétrolières du monde, traverse la pire crise économique de son histoire récente. L'hyperinflation devrait atteindre les 10.000.000% en 2019, selon le FMI. Les pénuries de médicaments et d'essence se multiplient et un quart de la population a besoin d'une aide humanitaire d'urgence, d'après l'ONU. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK