Crash de Smolensk: Tusk accusé à Varsovie de "trahison diplomatique"

Crash de Smolensk: Tusk accusé à Varsovie de "trahison diplomatique"
Crash de Smolensk: Tusk accusé à Varsovie de "trahison diplomatique" - © THIERRY CHARLIER - AFP

Le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz a accusé l'ancien Premier ministre Donald Tusk de "trahison diplomatique" dans l'enquête sur le crash de Smolensk, dans lequel le président Lech Kaczynski et 95 autres personnes ont péri en 2010.

Le chef du parti nationaliste Droit et Justice (PiS) au pouvoir à Varsovie, Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau du président tué à Smolensk, a souvent et jusqu'à récemment accusé Donald Tusk d'être "moralement responsable" du crash.

Lui et nombre de ses partisans mettent en doute les résultats d'une enquête officielle selon laquelle la chute de l'avion présidentiel était due à des négligences et au mauvais temps, lui opposant l'hypothèse d'un complot polono-russe et d'une explosion à bord.

L'épave en question

Le ministre Macierewicz a déposé lundi soir au parquet national une "information sur la possibilité d'un délit", dit "trahison diplomatique" passible d'une peine de prison allant jusqu'à 10 ans de réclusion.

Délit commis, selon lui, par l'ancien Premier ministre dans l'exercice de ses fonctions, "entre le 10 avril 2010 (date du crash) et le 20 septembre 2014, en rapport avec l'examen des causes et circonstances de la catastrophe de Smolensk", a indiqué à l'AFP la porte-parole du parquet Ewa Bialik.

Cette démarche survient moins de deux semaines après la réélection de Donald Tusk à la présidence du Conseil européen, à laquelle le gouvernement conservateur polonais a cherché en vain de s'opposer, subissant une défaite humiliante.

Le ministre de la Défense reproche notamment à M. Tusk de ne pas avoir réussi à récupérer l'épave de l'avion présidentiel. Il l'accuse aussi d'avoir choisi un mécanisme légal, la Convention de Chicago, pour enquêter sur les causes de la catastrophe ce qui a empêché, selon lui, la partie polonaise de participer pleinement à l'enquête.

Il a déclaré, dans une interview publiée mardi par le quotidien nationaliste Gazeta Polska Codziennie, que Donald Tusk devrait répondre au pénal pour "avoir conclu avec (le président russe) Vladimir Poutine un accord illégal au détriment de la Pologne".

Une nouvelle commission d'enquête créée sous l'égide du ministre Macierewicz cherche depuis un an à éclaircir les causes de la catastrophe de Smolensk.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir