A320 de Germanwings: le procureur n'a pas de vidéo du crash

Crash A320: le PDG de Lufthansa s'est rendu sur les lieux
Crash A320: le PDG de Lufthansa s'est rendu sur les lieux - © FRANCIS MALENFER - BELGAIMAGE

Neuf jours après le crash de l'A320 de sa filiale Germanwings, le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr, est venu mercredi dans les Alpes françaises où, lors d'une brève déclaration, il a remercié les secours et promis aux familles des victimes une aide continue. Par ailleurs, le procureur demande que, si une vidéo du crash existe, elle soit transmise aux autorités.

Dans l'hypothèse où une personne disposerait d'une vidéo montrant les derniers instants des victimes, "elle se doit de la remettre sans délai aux enquêteurs" de la gendarmerie française, a déclaré dans un communiqué le procureur chargé de l'enquête judiciaire française, Brice Robin. Il a démenti "qu'en l'état actuel des investigations, figurent à l'enquête une ou plusieurs vidéos filmant le crash de l'Airbus A320".

L'hebdomadaire français Paris Match et le quotidien allemand Bild affirment avoir visionné une vidéo tournée dans l'avion juste avant le crash, révélant que les passagers étaient pleinement conscients que l'appareil allait s'écraser, criant "Mon Dieu" en plusieurs langues. L'hebdomadaire français a assuré mardi sur son site internet n'avoir "aucun doute" sur la provenance de l'enregistrement, en l'occurrence un téléphone portable.

Mardi, la gendarmerie française avait indiqué qu'il n'y avait "plus de corps sur la zone du crash" et que l'évacuation de ces derniers était terminée. Le travail des équipes sera désormais de "récupérer les effets personnels" des passagers, avait-il précisé, alors que la seconde boite noire, contenant les paramètres du vol, était toujours activement recherchée.

Par ailleurs, les PDG de Lufthansa et Germanwings se sont rendus sur le lieu du crash.

"Nous sommes reconnaissants", a déclaré, en français, Carsten Spohr, qui s'est recueilli devant une stèle en hommage aux 150 défunts, avec le PDG de Germanwings Thomas Winkelmann, dans la localité du Vernet proche des lieux de la catastrophe.

"Je donne ma parole aux victimes, notre aide ne va pas s'arrêter cette semaine. Nous continuerons d'apporter notre aide tant qu'elle sera nécessaire", a ajouté le PDG de Luftansa, sur la défensive depuis les révélations des antécédents psychiatriques du copilote accusé d'avoir précipité l'avion et ses 149 passagers contre la montagne.

Arrivé par hélicoptère un peu plus tôt dans la localité voisine de Seyne-les-Alpes, Carsten Spohr s'est recueilli une vingtaine de minutes dans la chapelle ardente du Vernet, accompagné par les maires des communes alentour, avant de s'adresser aux médias en nombre. Il a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Carsten Spohr s'est dit "impressionné par le professionnalisme, l'énergie, l'empathie et la sympathie qui ont été manifesté". "Tout le monde sait à la Lufthansa à quel point ce travail était difficile, parfois dangereux (...). Nous sommes extrêmement impressionnés et reconnaissants", a-t-il indiqué, remerciant de nouveau "les autorités locales, les habitants, ainsi que le peuple français".

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK