Covid-19 en Belgique : le nombre de tests positifs aux retours de voyage a bondi, surtout venant d'Espagne

C’est un des éléments fréquemment avancés pour expliquer l’augmentation des cas de Covid-19 détectés en Belgique : de nombreux Belges se font tester pour voyager, et parmi eux certains asymptomatiques sont ainsi détectés alors qu’ils ne l’auraient pas été sans cela.

Ça n’est toutefois qu’une partie de l’explication : la hausse des cas détectés (+82% en une semaine), est largement supérieure à celle des tests (+34% en une semaine). Et selon le rapport épidémiologique de Sciensano, le taux de positivité des candidats reste très bas.

1 images
© Sciensano

Par contre, le taux de positivité augmente très fort chez les personnes symptomatiques, ainsi que parmi les contacts des cas positifs. Mais il monte aussi pour les tests de RETOUR de voyage. Depuis avril, ce taux ne faisait que baisser, passant de 2,9 à 1,3 pour passer à 1% seulement de tests positifs en juin.

Mais il vient de remonter en flèche : pour la période du 28 juin au 4 juillet, 10.310 tests ont été effectués, parmi les 141.639 voyageurs ayant rempli un PLF (Passenger Locator Form). Et 2,4% de ces tests se sont avérés positifs, un taux plus de deux fois supérieur à celui de juin.


Lire aussi: Coronavirus en Espagne : quelle est la raison de la flambée des contaminations ?


 

La provenance principale de ces voyageurs était l’Espagne, devant la France et la Grèce. ET c’est aussi la zone où l’on observe justement le plus de tests positifs : pas moins de 3,8% des voyageurs revenant d’Espagne et ayant rempli leur PLF ont été contaminés. C’est beaucoup plus que le pourcentage global de tests effectués dans notre pays, dont 1,3% seulement sont positifs.

Un résultat assez logique puisque l'Espagne est le pays d('Europe où le virus circule le plus en ce moment, derrière le Royaume-Uni.

"Notre testing et tracing ne sont pas prêts"

Et ceci ne vaut que pour les voyageurs qui ont bien rempli leur PLF et se sont fait tester ! Or, on sait que de nombreux voyageurs en voiture ne le font pas, une situation qui inquiète Marc Van Ranst. Interrogé par le Nieuwsblad sur ces jeunes Belges rapatriés après un foyer en Espagne, le virulent virologue s’est dit beaucoup plus préoccupé par "tous les cas et clusters que nous ne connaissons pas. Car c’est ça qu’il va arriver au centuple lorsque les gens rentreront de leurs voyages avec des personnes qui ne savent pas qu’elles sont infectées, ou qui le savent mais qui ne le disent pas ", a-t-il ajouté au média flamand. " Notre système de testing et de tracing n’est pas prêt. Je suis bien plus inquiet par rapport à cela que pour ces quelques bus de jeunes ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK