Coup d'Etat en Birmanie : l'ambassadeur à l'ONU démis de ses fonctions

La junte en Birmanie a démis de ses fonctions samedi son ambassadeur aux Nations unies, au lendemain de sa rupture spectaculaire avec le pouvoir militaire qui a intensifié la répression des manifestants dans le pays.

Samedi soir, la télévision d’Etat MRTV a annoncé que Kyaw Moe Tun n’était plus l’ambassadeur de Birmanie à l’ONU. Il "n’a pas suivi les ordres et la direction de l’Etat, et a trahi le pays", a-t-elle annoncé. "C’est pourquoi, il est révoqué de son poste à partir d’aujourd’hui".


►►► À lire aussi : Aung San Suu Kyi ou le destin tumultueux de la Birmanie


Cette annonce intervient au terme d’une nouvelle journée de répression et d’arrestations de manifestants alors que le pays entre dans sa quatrième semaine de mobilisation contre le coup d’Etat militaire.

Cette révolution doit gagner

Vendredi, l’ambassadeur Kyaw Moe Tun avait rompu les rangs et appelé, avec émotion, à "mettre fin au coup d’Etat militaire". "Nous avons besoin de l’action la plus forte de la communauté internationale pour immédiatement mettre fin au coup d’Etat militaire, mettre fin à l’oppression du peuple innocent et rendre le pouvoir de l’Etat au peuple", a déclaré Kyaw Moe Tun lors d’une session spéciale de l’Assemblée générale consacrée à la Birmanie.

Dans quelques phrases en birman, il a demandé à ses "frères et sœurs" de poursuivre le combat contre la junte. "Cette révolution doit gagner", a-t-il lancé, achevant son discours d’une douzaine de minutes sous les applaudissements avec trois doigts levés, le geste de ralliement des manifestants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK