Coup d'Etat au Burundi : l'Union Africaine réunie en urgence

Les diplomates n'ont fait aucune déclaration à leur entrée dans la salle du Conseil, au siège de l'organisation à Addis Abeba, où la réunion se déroule à huis-clos avec la participation de l'ambassadeur du Burundi.

Cette réunion intervient au lendemain d'un sommet de la Communauté de l'Afrique de l'Est consacré à la crise au Burundi à Dar Es Salam, en Tanzanie.

Le sommet s'est conclu sur un appel au report des élections prévues en mai et juin au Burundi et à la cessation des hostilités. Un appel que le Conseil de Paix et Sécurité devrait vraisemblablement lancer à son tour.

La présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, avait condamné mercredi "dans les termes les plus forts" le coup d'Etat en cours au Burundi et appelé au retour à l'ordre constitutionnel.

"Les principes de l'Union africaine s'opposent à tout changement inconstitutionnel de gouvernement", avait-elle ajouté, en référence à la charte sur la démocratie, les élections et la gouvernance, adoptée en 2007 par les chefs d'Etat de l'organisation panafricaine.

La chef de l'UA avait auparavant également sévèrement critiqué la tentative du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat, justification au coup d'Etat selon le général putschiste.

L'issue du coup d'Etat lancé mercredi par l'ex-patron des services de renseignements du Burundi, également ex-compagnon d'armes du président Nkurunziza du temps de la guerre civile, restait incertaine jeudi à Bujumbura, où troupes loyalistes et putschistes se sont affrontées pour le contrôle de la radio nationale. La radio est restée sous contrôle loyaliste, selon les dernières informations fournies par son directeur.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK