Coup d’envoi de l’Euro ce soir à Rome : un petit air de " rinascimento " pour le Stadio Olimpico, et la ville

Le moment tant attendu est arrivé : c’est ce soir à Rome que sera donné le coup d’envoi de l’Euro 2020-2021. Cérémonie d’ouverture et premier match, cérémonie avec spectateurs avec, tout de même, des mesures particulières : un cinquième du Stadio Olimpico sera garni, du jamais vu depuis un an.

Une vraie renaissance après une année et demie très difficile, commente notre correspondante en Italie Valérie Dupont. "Il faut quand même rappeler que l’Italie est le pays qui a été touché en premier par l’épidémie de coronavirus et qui recense près de 130.000 décès. Un pays qui vit aussi en partie grâce au tourisme et qui a donc été très touché économiquement avec l’absence des nombreux touristes étrangers".

Dans la capitale italienne, cela fait longtemps qu’on n’avait plus vu autant de monde dans les rues et c’est donc déjà un signe de renaissance, poursuit-elle. Sans compter que l’équipe de football italienne n’a plus gagné et n’avait pas gagné sa sélection pour la Coupe du monde en 2018. "Cela fait donc cinq ans que les tifosi sont à la diète : un petit air de " rinascimento " à Rome en ce moment !".

Babel dans les rues de Rome

"On entend à nouveau parler toutes les langues dans la ville. C’est plutôt bien, car si on en croit les ventes des billets pour le match de ce soir, il y a plus de supporters étrangers que d’Italiens qui se rendront au stade". Allemagne, Autriche, France font la part belle du gâteau, énumère-t-elle : ce sont les nations les plus représentées dans la vente des 16.000 tickets, qui représentent 25% de l’occupation du stade olympique.

Près de 2000 supporters turcs sont aussi attendus à Rome aujourd’hui. Mais, des supporters qui, comme ils arrivent d’une zone hors Schengen, sont censés avoir fait une quarantaine de dix jours en plus du test PCR pour entrer en Italie. "Il y aurait donc des supporters qui ne pourront pas aller au stade ce soir à cause de ce problème".

Village du foot Place du Peuple

En outre, la ville a réalisé plusieurs fan zones, la plus grande d’Europe pour cette compétition, notamment un village du football sur la célèbre Place du Peuple, une fan zone près du stade olympique et une autre près du Colisée, avec des écrans géants pour permettre à tous les publics de regarder les matchs.

Qui dit fan zones, dit gros rassemblements : y a-t-il des inquiétudes au sujet d’un risque de contagion de masse ?

Des précautions sont prises, note Valérie Dupont : "les 16.000 supporters qui pourront entrer dans le stade ce soir doivent avoir la preuve qu’ils sont vaccinés, testés ou guéris de la Covid-19.

Et ce sera évidemment le cas pour les autres matchs aussi. Les entrées se feront graduellement à partir de 18 heures, le temps de vérifier les documents et la distance entre les supporters, qui sera contrôlée par des stewards (plusieurs centaines) qui seront présents dans le stade".

Le spectre du match Atalanta-Valencia

Car le spectre du match Atalanta-Valencia, un match de Champion’s League au stade de Bergame l’an dernier plane : cet événement avait été un vecteur du virus. Cela a permis aux organisateurs de l’Euro 20/21 d’évaluer plus tôt les risques. Reste que pour les fan zones, c’est sans doute plus compliqué. Le masque est encore obligatoire en Italie, même en extérieur, et une application de téléphone portable a été prévue pour s’enregistrer. "S’il y a plus de 1000 personnes dans la zone, les entrées sont automatiquement bloquées. Les autorités estiment que les risques seront limités, d’autant que 25% de la population italienne est entièrement vaccinée et près de la moitié a reçu au moins une dose de vaccin".

Contribuer à relancer la machine économique

Bien sûr, cet événement n’aura pas le même poids économique que s’il avait été organisé en conditions normales. 16.000 supporters plutôt que 70.000, c’est clairement différent. Mais, note encore Valérie Dupont, "l’organisation d’événements qui vont attirer d’autres tifosi dans la ville tout au long du mois va sans doute aider à relancer la machine économique et commerciale".

Reste que 50% des hôtels romains sont encore fermés et c’est seulement la relance du tourisme outre-Atlantique et asiatique qui sera considérée comme la vraie renaissance, avec l’augmentation des vols internationaux. En revanche, pour les bars et les restaurants, ce sera sans doute un vrai coup de pouce, car "les Suisses et les Gallois, par exemple, sont de bons clients en règle générale, sans oublier que l’événement durera un mois, donc on peut dire que c’est déjà mieux que rien".

JT du 10/06/2021 - Euro 2020 : Dernier entraînement avant le départ

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK