Côte d'Ivoire: attaque à l'arme lourde, l'ONU parle de crime contre l'humanité

Des corps alignés le 18 mars 2011 à Abidjan
Des corps alignés le 18 mars 2011 à Abidjan - © Issouf Sanogo

L'attaque à l'arme lourde causant 25 à 30 morts à Abidjan jeudi par "les forces armées du camp" du président sortant ivoirien Laurent Gbagbo pourrait constituer un "crime contre l'humanité", a indiqué vendredi un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

"Nous condamnons les attaques avec des obus sur des zones avec des civils (...) à Abobo à Abidjan hier (jeudi)", a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut commissariat, lors d'un point presse. Il a souligné qu'"il est difficile" de ne pas arriver à la "conclusion qu'il s'agit de crimes (...) possiblement d'un crime contre l'humanité".

Le quartier d'Abobo, fief à Abidjan du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara, a été la cible dans la nuit de jeudi à vendredi de nouveaux tirs à l'arme lourde, ont rapporté à l'AFP plusieurs habitants. "Hier (jeudi) vers minuit (locale et GMT), on a entendu des tirs d'arme lourde. On s'est mis sous le lit, à même le sol, de peur d'être tués", a raconté une habitante. Les tirs ont été confirmés par plusieurs témoignages. Aucun bilan n'était immédiatement disponible.

Une trentaine de civils tués par des tirs d'arme lourde

Jeudi, entre 25 et 30 civils ont été tués, selon l'ONU, au cours d'une attaque à l'arme lourde de ce même quartier par "les forces armées du camp" du président sortant Laurent Gbagbo, un des bilans les plus lourds depuis le début de la crise post-électorale.

Ce massacre intervient alors que la communauté internationale s'inquiète de plus en plus des répercussions sur les civils d'une crise qui avant cette attaque avait fait, selon l'ONU, plus de 410 morts depuis mi-décembre et menace de plonger le pays dans une guerre civile.

Laurent Gbagbo appelle "les rebelles à déposer les armes"

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a appelé "les rebelles à déposer les armes, à cesser les violences", dans un communiqué officiel lu vendredi après-midi sur la télévision d'Etat.


AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK