Côte d'Ivoire: 2e journée d'une réunion cruciale de l'Union africaine

Le "panel" de l'Union africaine (UA), composé de cinq chef d'Etats du continent, a débuté ses travaux en milieu de journée, peu après l'arrivée au siège de l'organisation panafricaine d'Alassane Ouattara, reconnu président élu de Côte d'Ivoire par la communauté internationale.

Ni Alassane Ouattara, ni aucun membre de son entourage ou de la délégation adverse du président sortant Laurent Gbagbo ne participe cependant à la réunion du panel.

Souriant et décontracté, Alassane Ouattara a notamment salué à son arrivée au siège de l'UA l'ex-Premier ministre ivoirien Pascal Affi N'Guessan, l'un des représentants de Laurent Gbagbo, avant de s'éclipser dans une salle annexe réservée aux chefs d'Etat.

Les deux protagonistes de l'élection ivoirienne du 28 novembre avaient été invités

Laurent Gbagbo est resté à Abidjan, seul Alassane Ouattara a fait le déplacement à Addis Abeba. Il s'agit de sa première sortie officielle --depuis le début de la crise-- du Golf hôtel d'Abidjan où il vit retranché depuis mi-décembre avec son gouvernement sous un blocus des forces loyales à Laurent Gbagbo.

Les discussions de ce jeudi se déroulent à huis clos. Le panel soumettra ses conclusions dans l'après-midi à une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, à laquelle doivent participer les représentants des deux camps rivaux.

Plus de trois mois après le scrutin, il s'agit de conjurer la guerre civile qui menace, avec une situation insurrectionnelle dans plusieurs quartiers pro-Ouattara d'Abidjan, l'étouffement progressif de l'économie ivoirienne suite aux sanctions internationales, et la reprise des hostilités dans l'ouest entre forces loyales à Laurent Gbagbo et ex-rebelles alliés à Alassane Ouattara.

L'UA a, au diapason du reste de la communauté internationale, rapidement reconnu Alassane Ouattara comme vainqueur de l'élection. Le Conseil constitutionnel ivoirien avait au contraire proclamé la réélection de Laurent Gbagbo, invalidant partiellement les résultats proclamés auparavant par la commission électorale.

Pour tenter de sortir de cette impasse, et après plusieurs tentatives de médiations, l'UA a chargé fin janvier un panel de chefs d'Etat de formuler des positions "contraignantes" envers les deux prétendants à la présidence.

Les cinq présidents qui en sont membres sont: Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie), Jacob Zuma (Afrique du Sud), Jakaya Kikwete (Tanzanie), Idriss Deby Itno (Tchad) et Blaise Compaoré (Burkina Faso).

Mais ce panel est à son tour apparu divisé, Blaise Compaoré notamment campant sur une ligne dure à l'encontre de Laurent Gbagbo, alors que Jacob Zuma a semblé beaucoup plus compréhensif envers le président sortant.

Des chefs d'Etat africains ont entamé jeudi à Addis Abeba, pour la deuxième journée consécutive, une réunion cruciale pour trouver une sortie de crise en Côte d'Ivoire.

AFP
Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK