Coronavirus : vacances d'été, des "corridors" touristiques et des accords bilatéraux évoqués entre Etats européens

Le secteur du tourisme, dans tous les Etats membres, espère bien être l’un des gros bénéficiaires du futur Fonds de relance de l’UE, dont les contours sont encore très flous. "Je crois que nous sommes tous bien conscients que le tourisme entre dans la catégorie des secteurs les plus affectés par la crise" du coronavirus, a ainsi indiqué lundi le ministre croate du Tourisme, Gari Cappelli, après avoir présidé une vidéoconférence avec ses homologues des 27.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Cette réunion virtuelle, à laquelle la Belgique était représentée par la ministre du gouvernement de la Communauté germanophone en charge du Tourisme, Isabelle Weykmans, a essentiellement servi aux 27 à échanger sur les mesures respectivement prises pour tenter d’atténuer les effets néfastes de la pandémie sur le secteur, qui souffre économiquement de l’arrêt quasi complet des voyages. Les Etats membres y ont exprimé leur volonté que le secteur soit l’une des priorités du plan de relance européen, selon la présidence croate.

Mais le futur a aussi été abordé, alors que de nombreux pays s’engagent progressivement sur la voie du déconfinement, et que des millions d’Européens se demandent à quoi ressembleront leurs vacances d’été.

Dans cette optique, l’idée de "corridors" touristiques a été évoquée. "Nous avons commencé à discuter de corridors de voyage dans les airs, sur rail et sur route, et j’espère que nous nous accorderons là-dessus", a indiqué le ministre croate Gari Cappelli lundi aux médias croates. "Là où ce n’est pas possible, on ira vers des accords bilatéraux avec des pays intéressés", a-t-il ajouté. Dans tous les cas, il faudra des critères basés sur des données épidémiologiques fiables.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK