Coronavirus : Ursula von der Leyen présente les excuses de l'Europe à l'Italie, qui les accepte

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a présenté jeudi des excuses de l'Europe à l'Italie pour ne lui être pas venue en aide assez tôt face au coronavirus, des propos qui ont été bien reçus à Rome.

"Une pandémie aussi rapide et d'une telle ampleur ne peut être vaincue sans la vérité. Oui, il est vrai que personne n'y était vraiment préparé. Il est vrai également que trop peu ont réagi à temps lorsque l'Italie avait besoin d'aide au tout début", a affirmé l'Allemande devant le Parlement européen.

"Et oui, pour ces raisons, il est juste que l'Europe dans son ensemble présente ses excuses les plus sincères", a-t-elle ajouté, avant de souligner les actions de solidarité et l'effort entrepris par la suite. "L'Europe est devenue le cœur battant de la solidarité dans le monde", a-t-elle dit en évoquant un paquet de mesures pesant jusqu'à 3.000 milliards d'euros pour répondre aux crises sanitaire et économique.

Ces propos ont été bien reçus en Italie. Mme von der Leyen "a présenté des excuses à l'Italie et a reconnu que beaucoup de pays, au début de la pandémie, n'ont pas été présents quand nous avions besoin d'aide. Ses mots sont un acte important de vérité, c'est bon pour l'Europe et notre Communauté", a écrit le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio sur les réseaux sociaux.

Il en a profité pour plaider pour davantage de solidarité. "L'une des négociations les plus importantes de notre histoire a commencé. En défendant l'Italie, nous défendons aussi l'UE", a ajouté le chef de la diplomatie italienne.

Luigi Di Maio fait ainsi référence, sans le nommer, au débat sur la création d'euro-obligations, une émission de titres de dette mutualisée entre Etats membres que rejettent certains comme les Pays-Bas, et qui reviendra sur la table des Vingt-sept lors d'un sommet en vidéoconférence jeudi 23 avril prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK