Coronavirus: une commune italienne impose des jours de sortie distincts pour les hommes et les femmes

Un homme portant un masque facial promène ses chiens sur une principale rue commerçante déserte de la Via del Corso, le 31 mars 2020, dans le centre de Rome.
Un homme portant un masque facial promène ses chiens sur une principale rue commerçante déserte de la Via del Corso, le 31 mars 2020, dans le centre de Rome. - © VINCENZO PINTO - AFP

Dans la province italienne de Bergame, les hommes et les femmes de la petite commune de Canonica d’Adda doivent maintenant faire leurs courses séparément. Cette mesure supplémentaire, portée par le maire, vise à diminuer au maximum les contacts pour combattre la pandémie de Covid-19.

4 jours pour les hommes, 3 jours pour les femmes

Les hommes ont le droit d’aller au magasin les lundi, mercredi, vendredi et dimanche. Les femmes peuvent, elles, se rendre dans les supermarchés les trois autres jours de la semaine.

L'ordonnance de la commune n’a pas manqué de susciter des critiques, pour sexisme notamment.

Les jours de la semaine sont bizarres. Nous avons dû prendre une décision et nous avons choisi les hommes pour qu'ils puissent remplir le garde-manger à nouveau. Mais, ce n'est pas un vrai problème puisque le dimanche ici les magasins sont fermés ", a répondu Gianmaria Cerea, le maire de la commune. 

"L'ordonnance a été prise pour protéger la santé publique. Même si on peut me critiquer, je dois protéger la santé publique.", a-t-il ajouté. 

Gianmaria Cerea précise que l’interdiction ne vise que les courses. Les autres déplacements justifiés ne sont pas concernés. Les pharmacies font également exception au règlement. Elles sont accessibles tous les jours à toutes et à tous.

Mesures similaires au Panama et au Pérou :

Cette commune italienne n’est pas la seule à imposer des sorties alternées entre hommes et femmes pour combattre l’épidémie du Coronavirus. Les gouvernements du Panama et du Pérou ont mis en place des mesures identiques pour les deux semaines à venir.

Au Panama, la répartition des jours entre les hommes et les femmes est plus équitable. Les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi. Les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. Et le dimanche, personne ne sort, sans exception.

Mais, ces décisions ont jeté le trouble au sein de la communauté des personnes transgenres du Panama, qui craint des arrestations.

Ali, un illustrateur de 25 ans travaillant comme tatoueur, est une personne transgenre. Mais sa carte d’identité est celle d’une femme.

"Ma plus grande peur, ce sont les policiers, qui ne sont pas formés, ni sensibilisés à la notion de transidentité et je ne sais pas quelle attitude ils vont adopter avec moi

Ces jours-ci, les barrages de police et les contrôles se sont multipliés dans les rues de la capitale panaméenne, a constaté l’AFP. Des vigiles contrôlent aussi l’identité des clients à l’entrée des supermarchés.