Coronavirus : quelles sont ces autres épidémies qui ont fait paniquer la planète?

L’épidémie de coronavirus partie de Chine inquiète la communauté scientifique. Le virus est né au centre de la Chine. Mais s’est propagé en Asie, avant de toucher les Etats unis et l’Australie. Avant elle, d’autres épidémies ont fait parler d’elles.

Zika, Ebola, chikungunya, grippe aviaire, autant de maladies qui ont fait trembler le monde ces dix dernières années.

Le coronavirus fait partie d’une grande famille. Six d’entre eux provoquent des infections chez l’homme. Cela va du rhume classique à des infections plus graves, comme le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), ou le syndrome respiratoire du Moyen-orient (MERS).


►►► A lire aussi: Nouveau coronavirus: les habitudes alimentaires des Chinois en cause?


SRAS : 800 morts

Le SRAS est considéré comme la première nouvelle maladie du XXIème siècle. Ce virus est apparu en Chine en 2002, avant de se répandre dans le monde l’année suivante. Il provoque une pneumonie contagieuse. Cette épidémie a provoqué la fermeture d’écoles, d’aéroports et des mises en quarantaine. En 2003, l’OMS a lancé une alerte mondiale. L’épidémie est maîtrisée en juillet de la même année, soit 8 mois après la détection du premier cas. Au total, 8000 personnes ont été infectées et plus de 800 malades sont décédés.

MERS : 400 morts

Le coronavirus MERS (acronyme anglais du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient) est un cousin plus mortel, mais moins contagieux du SRAS. Ce virus provoque une infection des poumons, et les personnes touchées souffrent de toux, de fièvre et de difficultés respiratoires. Comme son nom l’indique, il est également apparu en Asie, avant de se répandre. Au total, 1231 cas ont été répertoriés, dont 444 mortels. Plus de 20 pays ont été touchés, mais l’Arabie saoudite a payé un lourd tribut, avec 950 personnes infectées et 412 cas mortels. Il n’existe aucun traitement pour ce virus.

Grippe aviaire : 18.500 morts

Le virus de la grippe aviaire A (H7N9) Selon la définition de l’OMS, le virus H7N9 constitue un sous-groupe des maladies des virus grippaux qui chez les oiseaux. Jusqu’en 2013, il n’avait pas été transmis à l’homme. Le premier cas a été déclaré en Chine. Depuis, plus de 630 personnes ont été infectées et 221 sont mortes. Il n’existe pas de preuve de transmission interhumaine. Des cas ont été déclarés à Taïwan, Hong Kong et en Malaisie.

Le virus de la grippe aviaire A (H5N1) Comme le virus H7N9, le H5N1 est une grippe aviaire en circulation dans les populations de volailles en Asie et d’Afrique du Nord. Des centaines de personnes, principalement en Asie, ont contracté le virus depuis 2003. Près de la moitié d’entre elles sont décédées.

Une autre grippe pandémique fait son apparition en 2009. Il s’agit d’H1N1 est apparue au Mexique puis aux Etats unis, avant de se répandre rapidement au monde entier. Ce virus est d’origine animale. Son originalité est de combiner des gènes des virus de la grippe porcine, aviaire et humaine.

Après un an d’alerte, l’OMS déclare la fin de la pandémie en août 2009. Les chiffres officiels de l’OMS font état de millions de personnes infectées, et de 18.500 morts. Mais le bilan pourrait être beaucoup plus élevé. Le virus est toujours présent, puisqu’en 2015, 5000 cas étaient déclarés en Inde.

Chikungunya : 191 morts

Cette maladie virale est transmise par les moustiques. Il est détecté pour la première fois en Tanzanie en 1952. Mais il se rend célèbre en 2006, quand une flambée de Chikungunya frappe les îles de l’Océan indien. On recense près de 250.000 cas aux Antilles, aux Caraïbes et dans les îles du Pacifique. En 2015, on répertorie 1.379.788 cas dans cette région du monde. Ce sont les touristes qui ramènent la maladie en Europe l’année suivante. L’Italie et la Croatie sont frappées par une flambée. Cette maladie virale provoque des fièvres et des douleurs articulaires sévères. Mais elle ne causera finalement que 191 décès.

Ebola : 11.000 morts

Le virus Ebola apparaît en Afrique de l’ouest en 2014. Démarrée en mars 2014 en Guinée (où elle a causé plus de 2500 morts), l’épidémie a rapidement touché le Liberia (4800 morts) et la Sierra Leone (3950 morts). Quelques pays voisins ont été touchés mais ont rapidement contrôlé la situation, comme le Mali (6 morts) et le Nigeria (8 morts).

Le virus Ebola se transmet de l’animal à l’homme. Selon l’OMS, ce sont les chauves-souris qui sont porteuses du virus. Le virus s’est propagé aux hommes par des contacts avec le sang, les organes ou les sécrétions d’animaux infectés. Il s’est propagé ensuite de l’homme à l’homme de la même façon.

Il faudra sécuriser les enterrements pour enrayer l’épidémie d’Ebola, extrêmement contagieuse. Cette flambée du virus a la particularité d’avoir dépassé les frontières en s’étendant de la Guinée au Liberia et à la Sierra Leone. Par l’intermédiaire de voyageurs, les États-Unis, le Nigeria, le Mali et le Sénégal ont également été touchés. 

On a craint une contagion mondiale quand des cas ont été recensés aux Etats-Unis (1 mort), en Espagne ou au Royaume-Uni mais la transmission du virus a alors été évitée.

Il n’existe aucun vaccin homologué contre le virus mais deux traitements sont actuellement testés, notamment en RDC.

La ville de Wuhan, où les premiers cas ont été détectés, est placée en quarantaine (journal télévisé du 13h)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK