De nombreux pays suspendent l'utilisation du vaccin AstraZeneca: réunion extraordinaire de l'Agence européenne des Médicaments jeudi

L’Agence européenne des médicaments (EMA) présentera un nouvel avis sur le vaccin AstraZeneca le jeudi 18 mars. L’EMA l’a annoncé dans un communiqué de presse lundi. Plusieurs pays européens ont cessé d’administrer le vaccin de la société pharmaceutique britanno-suédoise dans l’attente d’un nouvel avis. Dans l’intervalle, l’Agence européenne des médicaments réitère le message que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportent toujours sur les risques d’effets secondaires.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en première ligne dans la lutte internationale contre la pandémie, a annoncé qu'elle allait réunir mardi son groupe d'experts sur la vaccination pour étudier la sécurité du vaccin AstraZeneca. La cheffe scientifique de l'organisation a toutefois affirmé que les pays devraient continuer à vacciner avec le sérum anti-Covid-19 d'AstraZeneca.

La France suspend l'utilisation du vaccin en attendant l'avis de l'EMA 

L'apparition de caillots sanguins chez certaines personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca a poussé une douzaine de pays - dont l'Espagne, l'Allemagne, l'Italie et la France - à suspendre la vaccination avec ce produit sur leur sol. La France a annoncé attendre l'avis de l'EMA pour déterminer s'il fallait interdire ou non l'utilisation d'AstraZeneca sur leur territoire. 

En Belgique, le Conseil supérieur de la santé a encore recommandé ce lundi de continuer la vaccination avec AstraZeneca.

De son côté, le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu'il n'y a "aucune preuve de risque aggravé" de caillot sanguin entraîné par son vaccin.


►►► À lire aussi : Coronavirus : rien ne prouve que le vaccin augmente le risque de caillots sanguins, selon AstraZeneca


Suspension après des caillots sanguins

Le Danemark a été le premier pays jeudi dernier à suspendre le vaccin d'AstraZeneca "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins" chez des personnes vaccinées. Il a rapidement été suivi par l'Islande.

La Norvège a également suspendu les injections de ce vaccin jeudi, aussi par précaution. Plusieurs cas de caillots sanguins chez des adultes vaccinés y ont été rapportés, mais là encore sans qu'aucun lien ne soit encore prouvé.


►►►A lire aussi: Vaccin AstraZenaca : lors des tests cliniques, il y a eu plus de cas de présence de caillots sanguins dans le groupe contrôle (qui n’avait pas reçu ce vaccin)


En outre, les autorités sanitaires norvégiennes se sont inquiétées samedi de cas d'hémorragies cutanées chez des personnes relativement jeunes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca. Si aucun lien n'est encore établi, "ceci est grave et peut être le signe d'une diminution du nombre de plaquettes," a alerté l'Institut norvégien de santé publique.

Par ailleurs, la Norvège a ensuite annoncé ce lundi la mort par hémorragie cérébrale d'une soignante de moins de 50 ans qui avait été hospitalisée après avoir reçu une injection du vaccin anti-Covid. 

Dans le sillage des pays nordiques

De son côté, la Bulgarie a annoncé vendredi la suspension "par précaution" des injections du vaccin d'AstraZeneca. Dimanche, ce sont l'Irlande et les Pays-Bas qui ont également suspendu l'utilisation du vaccin, toujours par précaution, après les cas de caillots sanguins rapportés au Danemark et en Norvège.

Lundi, l'Allemagne a annoncé à son tour suspendre la vaccination avec AstraZeneca "à titre préventif", invoquant également les cas de caillots sanguins signalés en Europe. 

Le même jour, la France, la Slovénie, l'Espagne, l'Italie et la Lettonie ont également suspendu la vaccination avec AstraZeneca. Le président Emmanuel Macron a dit "espérer reprendre vite" la vaccination avec ce sérum "si l'avis de l'autorité européenne le permet". 

Campagne de vaccination retardée

La Thaïlande et la République démocratique du Congo (RDC) ont retardé le démarrage de leurs campagnes de vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca, qui étaient prévues respectivement vendredi et ce lundi.

Suspensions de lots

L'Autriche a annoncé dès le 8 mars suspendre l'utilisation d'un lot de vaccins AstraZeneca (ABV5300) après qu'une infirmière de 49 ans est décédée de "graves problèmes de coagulation sanguine", quelques jours après avoir été vaccinée.

Quatre autres pays européens - l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg - ont également suspendu l'utilisation des vaccins de ce lot d'un million de doses, qui a été envoyé dans 17 pays européens.

Avant de suspendre la vaccination, l'Italie avait interdit jeudi par précaution l'utilisation d'un autre lot, ABV2856, en raison de craintes liées à la formation de caillots de sang. La Roumanie a également suspendu ce lot.

 

Journal télévisé 12/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK