Coronavirus : pas de réouverture des frontières extérieures de l'UE avant juillet

La plupart des pays de l'Union - dont la Belgique - rouvriront leurs frontières intérieures à l'UE le 15 juin prochain.
La plupart des pays de l'Union - dont la Belgique - rouvriront leurs frontières intérieures à l'UE le 15 juin prochain. - © KURT DESPLENTER - BELGA

En l'absence d'accord des 27 pour rouvrir toutes les frontières intérieures de l'UE au 15 juin, la plupart des pays de l'Union ont proposé vendredi de prolonger la fermeture des frontières extérieures qui arrivait à échéance à cette même date. L'idée est d'envisager une réouverture graduelle à partir de début juillet.

La plupart des pays de l'Union - dont la Belgique - rouvriront leurs frontières intérieures à l'UE le 15 juin prochain. Cette date est aussi celle à laquelle arrive à échéance l'interdiction européenne de voyages non essentiels de et vers l'UE, aux frontières extérieures donc. Réunis par vidéoconférence, les ministres de l'Intérieur sont convenus qu'il ne pouvait y avoir de réouverture des frontières extérieures avant que tous les contrôles liés au Covid-19 aux frontières intérieures ne soient levés.

Levée progressive

Comme certains États membres comme l'Espagne ne veulent pas rouvrir leurs frontières intérieures avant fin juin en raison de craintes épidémiologiques, presque tous les États membres préfèrent opter pour une prolongation courte des mesures d'interdiction aux frontières extérieures.

"Cela veut dire que si les contrôles aux frontières intérieures sont levés fin juin, nous devrions pouvoir envisager une levée progressive de l'interdiction des voyages non-essentiels (de et vers l'UE) début juillet", a commenté la commissaire Ylva Johansson.

Liberté de circulation dans l'Union

Elle s'est félicitée de voir une majorité d'États membres lever leurs contrôles entre eux et a appelé à un retour au fonctionnement complet de l'Espace Schengen et de la liberté de circulation "au plus tard fin juin".

"Si des mesures sanitaires comme la distanciation physique restent de mise, les autorités sanitaires affirment clairement qu'il n'y a plus de justifications pour des restrictions supplémentaires de voyager ou des mesures aux frontières au sein de la zone EU-Schengen", a souligné la commissaire. "Mais au final, ce seront toujours les États membres qui décideront", a-t-elle fait observer.

Une proposition sera faite pour les pays non-Schengen avec l'espoir d'aboutir à un accord d'ici début juillet, a commenté le ministre belge de l'Intérieur, Pieter De Crem.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK