Coronavirus : nouvelle analyse par l'EMA du vaccin d'AstraZeneca, le russe Spoutnik V analysé aussi

Une nouvelle analyse scientifique du vaccin anti-Covid d’AstraZeneca, menée par l’Agence européenne des Médicaments (EMA), est attendue ce vendredi, a indiqué jeudi la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides, en commission du Parlement européen.

L’EMA avait reconnu au début du mois un lien entre l’administration du vaccin et des cas très rares de formation de "caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses", désormais répertoriés comme "effets secondaires très rares".

Si les avantages du vaccin restent toujours largement supérieurs aux risques, l’agence poursuit ses investigations sur les effets secondaires en fonction de l’âge, du genre et d’autres facteurs de risque potentiels.

Belgique demandeuse

La Belgique fait partie des pays très demandeurs d’informations sur le risque d’effets secondaires par tranche d’âge. Elle avait suspendu le 7 avril dernier pour quatre semaines l’administration du vaccin aux moins de 56 ans.

Mme Kyriakides attend aussi, de la nouvelle analyse de l’EMA, des indications claires sur l’administration de la deuxième dose du vaccin. À cet égard, la piste d’une seconde dose utilisant un autre vaccin que l’AstraZeneca si ce dernier a été administré en première dose a déjà été évoquée par le ministre belge de la Santé publique Frank Vandenbroucke.

Pour une approche cohérente de la vaccination

La commissaire chypriote compte sur une nouvelle réunion des ministres européens de la Santé la semaine prochaine pour établir une approche "cohérente" de la vaccination avec l’AstraZeneca ainsi qu’avec le Janssen (Johnson & Johnson), pour lequel des effets secondaires très rares de caillots sanguins inhabituels associés à des plaquettes sanguines basses ont aussi été identifiés.

Livraisons insuffisantes : "toutes les options encore sur la table"

Par ailleurs, "toutes les options" sont encore sur la table quant à l'action future de l'UE envers la firme AstraZeneca au sujet de ses livraisons insuffisantes de vaccins contre la Covid-19, ont nuancé jeudi midi plusieurs porte-paroles de la Commission européenne, insistant sur le fait que la décision sera prise de commun accord avec les États membres.

L'exécutif européen réagissait ainsi à l'information relayée par différents médias, selon laquelle l'UE est prête à se tourner vers la justice contre la firme pharmaceutique suédo-britannique, pour non-respect de son contrat avec la Commission.

Spoutnik V examiné par l’OMS et l’EMA

De son côté, le vaccin russe Spoutnik V sera examiné conjointement par les experts de l’Organisation mondiale de la santé et l’Agence européenne
des médicaments (EMA)
dans le cadre d’un nouveau cycle le 10 mai, a indiqué jeudi l’OMS.

"Des inspections relatives aux bonnes pratiques industrielles auront lieu du 10 mai à la première semaine de juin", a déclaré l’organisation onusienne en réponse à une question de l’agence Reuters.

Une équipe conjointe de l’OMS et de l’AEM procède actuellement à des inspections sur les injections du vaccin développé par l’Institut Gamalaïa, a ajouté l’OMS.

L’Allemagne souhaite acheter au total jusqu’à 30 millions de doses du vaccin Spoutnik V en juin, juillet et août, a déclaré jeudi le ministre-président de Saxe, Michael Kretschmer, en visite à Moscou.

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, avait déjà exprimé au début du mois l’intérêt de l’Allemagne pour ce vaccin, tout en subordonnant des précommandes à son approbation par l’Agence européenne des médicaments.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK