Coronavirus : les Néerlandais peuvent demander un test de dépistage et consulter les résultats en ligne

Coronavirus : les Néerlandais peuvent demander un test de dépistage et consulter les résultats en ligne
Coronavirus : les Néerlandais peuvent demander un test de dépistage et consulter les résultats en ligne - © damircudic - Getty Images

Les Néerlandais peuvent désormais prendre rendez-vous en ligne pour un test de dépistage du coronavirus. Via le portail gouvernemental Coronatest.nl lancé mercredi, ils peuvent également voir s’ils sont positifs au test. En attendant, les politiques se demandent si les services communaux de santé (GGD) peuvent faire face à l’augmentation des cas de coronavirus.

En saisissant son code postal sur Coronatest.nl, il est possible de consulter les lieux où se faire tester et les heures disponibles. Un courriel et un texto sont ensuite envoyés pour confirmer le rendez-vous.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Quiconque est effectivement infecté par le coronavirus est appelé par le GGD pour effectuer le suivi des contacts. En cas de test négatif, le service envoie un courriel que les personnes peuvent consulter sur Coronatest.nl pour voir les résultats.

Le ministre de la Santé, Hugo de Jonge, avait annoncé le lancement de la plateforme jeudi dernier. Le portail devrait permettre qu’un maximum de personnes se fassent tester et de raccourcir le plus possible le délai entre l’infection et le suivi des contacts. L’idée est donc de limiter la propagation du coronavirus.

Questions autour du suivi des contacts au Parlement

En attendant, la Chambre des députés s’inquiète de la capacité du GGD en matière de suivi des contacts. Tant les partis de l’opposition que de la coalition se demandent si la main-d’œuvre est suffisante, alors que le nombre d’infections au coronavirus est en forte hausse.

"La capacité n’est pas en ordre pour les foyers d’Amsterdam et de Rotterdam", a déclaré la cheffe de groupe du SP (socialiste), Lilian Marijnissen. "Le contact tracing est crucial pour contenir le virus. Il est inacceptable que nous recevions ces signaux avant même d’être dans la deuxième vague", a-t-elle ajouté.

Le parti D66 (libéral progressiste, membre de la coalition gouvernementale), qualifie d'"erreur d’évaluation" les cinq heures qui devraient correspondre à une enquête moyenne sur les sources et les contacts. En pratique, cela prend en moyenne 12 heures. "Le GGD craque et la recherche de sources et de contacts est insuffisamment réglementée", selon son chef de groupe, Rob Jetten. "Ministre, arrangez cela, a-t-il lancé".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK