Coronavirus : les Etats-Unis, troisième pays le plus touché, sont-ils prêts ?

Coronavirus : les Etats-Unis, troisième pays le plus touché, sont-ils prêts ?
Coronavirus : les Etats-Unis, troisième pays le plus touché, sont-ils prêts ? - © TASOS KATOPODIS - AFP

Il y a plus de 300.000 cas confirmés de coronavirus dans le monde, le pays le plus touché restant la Chine (81.394 selon l’université Johns Hopkins) suivie de l’Italie (53.578) mais désormais les Etats-Unis ont plus de cas (26.747) que l’Espagne (25.496).

Les Etats-Unis comptent aussi 340 décès, avec les États de Washington et de New York comme épicentres (94 et 70 décès).

Sauver l’économie

Face à l’épidémie, comment réagit la première puissance au monde ?

Le président américain Donald Trump qui au début semblait prendre à la légère le coronavirus, a décrété l’état d’urgence. Mais il est sceptique quant aux mesures de confinement. Il veut stimuler l’activité économique. Il exhorte républicains et démocrates à s’accorder sur un plan de relance de 1000 milliards de dollars. "Nous préparons des mesures comme personne n’en a jamais vu", a-t-il déclaré à la Maison Blanche, à moins de huit mois de l’élection présidentielle.

Il peut compter sur l’appui de son vice-président, Mike Pence, dont le test s’est révélé négatif.

Pour répondre aux demandes du gouvernement américain, des entreprises se lancent sur le marché des masques, respirateurs et autres équipements médicaux. L’administration des médicaments autorise l’emploi d’un premier test rapide capable de détecter les cas positifs de coronavirus en environ 45 minutes. Le test produit en Californie pourrait être disponible dès la semaine prochaine.

La hausse du nombre de cas décelés suit le déploiement des tests de dépistage : plus de 195.000 Américains ont été testés.

Impréparation

Sur le terrain, ce sont surtout les Etats qui doivent gérer la crise. De plus en plus d’Etats passent à des mesures contraignantes, qui vont freiner la première économie mondiale. Les deux plus peuplés, Californie et New York ont fermé tout commerce non essentiel et confiné leur population. Le New Jersey, l’Illinois et le Connecticut les ont imités. Mais le confinement suffira-t-il ?

Selon un article publié cette semaine par le New England Journal of Medecine, les Etats-Unis seraient mal préparés, notamment en comparaison avec l’Italie, avec par exemple moins de lits disponibles.

"Bien que le système de santé italien soit très apprécié et compte 3,2 lits d’hôpital pour 1000 habitants (contre 2,8 aux États-Unis), il a été impossible de répondre simultanément aux besoins de tant de patients gravement malades", écrit le docteur Lisa Rosenbaum, cardiologue au Brigham and Women’s Hospital de Boston.

Les États-Unis sont "deux mois en retard" dans leur préparation, déclare un autre expert à CNN cette semaine. "Je pense que c’est la responsabilité fondamentale du gouvernement d’avoir agi il y a longtemps", juge le Dr Eric Toner, du Johns Hopkins Center for Health Security.

Un autre médecin pointe le manque de personnel plus encore que la pénurie d’équipement. "Cela épuise simplement notre personnel. Les soins de santé sont compliqués et les gens font des erreurs lorsqu’ils sont surchargés de travail", avertit David Hill de l’Association américaine du Poumon.

Tout peut s’effondrer très rapidement

Si les travailleurs de la santé tombent malades, "tout peut s’effondrer très rapidement", met aussi en garde le Dr Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine.

 


►►► Lire aussi : gestion de crise de Donald Trump : face au coronavirus, de zéro à héros ?

►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Sujet JT du 21 mars:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK