Coronavirus: le cap des 100.000 cas dans le monde a été franchi

Un dispositif visant à désinfecter les gens qui entrent dans un centre commercial à Bangkok, en Thaïlande, le 6 mars 2020.
Un dispositif visant à désinfecter les gens qui entrent dans un centre commercial à Bangkok, en Thaïlande, le 6 mars 2020. - © JACK TAYLOR - AFP

"Inexorable", le coronavirus poursuit vendredi sa progression à travers le monde, l’OMS accusant certains pays de ne pas prendre la menace suffisamment au sérieux. Selon l'université Johns Hopkins, le cap des 100.000 cas a été franchi, avec plus de 80.500 cas en Chine.

Si l’épidémie, avec ses conséquences économiques, angoisse chaque jour un peu plus les marchés financiers, elle tend aussi les relations entre Etats, à commencer par le Japon et la Corée du Sud.


►►► À lire aussi : les Affaires étrangères recommandent aux écoles de reporter les voyages vers l'Italie et la France


"Il y a un moment où, nous le savons tous […] une épidémie est de toute façon inexorable", a déclaré jeudi le président français Emmanuel Macron. Pourtant, une "longue liste" de pays n’en font pas assez pour combattre le coronavirus, a mis en garde l’Organisation mondiale de la santé (OMS). "Ce n’est pas un exercice, ce n’est pas le moment d’abandonner, ce n’est pas le moment de trouver des excuses, c’est le moment d’y aller à fond", a plaidé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sans nommer les pays visés.

Le nombre de cas multiplié par 8 en 48 heures dans le Haut-Rhin

Le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a été multiplié par huit en 48 heures pour atteindre 81 dans le Haut-Rhin (Alsace) où les crèches, maternelles, collèges et lycées seront fermés pour 15 jours à partir de lundi, a annoncé le Premier ministre français.

"Il y a deux jours, nous étions à 10 cas avérés dans le Haut-Rhin, en 48 heures, ce nombre a été multiplié par huit", a expliqué le préfet du département Laurent Touvet lors d'une conférence de presse, ajoutant que le département était considéré comme un "cluster" tout en appelant à "ne pas céder à la psychose".


►►► À lire aussi : suivez l’évolution de l’épidémie avec ces cartes interactives mises à jour quotidiennement


Une dizaine de cas dans les territoires français d'outremer

Dans les territoires français d'outremer, la Martinique a rejoint vendredi Saint-Barthélemy, Saint-Martin et la Guyane. Deux premiers cas, un couple d'Italiens, ont été confirmés positifs jeudi au CHU de la Martinique. "Les deux patients vont bien et n'inspirent pas d'inquiétude à ce stade", a indiqué l'ARS.

En Guyane, cinq personnes qui avaient participé au rassemblement d'une église évangélique de Mulhouse entre le 17 et le 24 février, ont été reconnus positifs mercredi au nouveau coronavirus, à Saint-Laurent-du-Maroni. Il s'agit de cinq adultes, dont trois enseignants et un médecin.

Les premiers cas de coronavirus outre-mer avaient été signalés dimanche à Saint-Martin et Saint-Barth, deux collectivités qui dépendent de la Guadeloupe. Il s'agit un résident de Saint-Barth, confiné chez lui, et de ses parents, hospitalisés à l'hôpital de Saint-Martin.

La Guadeloupe elle-même n'est pas touchée, tout comme Saint-Pierre et- Miquelon, au large du Canada. Dans l'océan indien, Mayotte est encore épargnée, tout comme La Réunion.

Enfin, dans le Pacifique, ni la Nouvelle-Calédonie, ni Wallis-et-Futuna, ni la Polynésie ne sont touchés. Le gouvernement polynésien impose désormais à chaque voyageur voulant prendre un avion en direction de l'archipel de présenter un certificat médical de moins de cinq jours attestant de l'absence de symptôme du coronavirus.

148 morts en Italie

L’Italie a enregistré 41 décès liés au coronavirus en 24 heures, portant le total à 148 morts, selon un nouveau bilan jeudi de la Protection civile, ce qui place la péninsule au deuxième rang mondial pour le nombre de cas mortels derrière la Chine. Le nombre de cas confirmés depuis le début de l’épidémie qui a démarré vers le 20 février, s’élève à 3858, contre 3089 la veille, soit une hausse de 25%.

L’Italie est le troisième pays le plus touché au monde derrière la Chine et la Corée du Sud. Sur ce total, 414 patients sont déjà guéris, soit 138 de plus que la veille.

Premier cas détecté au Vatican

Un premier cas d'un patient positif au coronavirus a été détecté jeudi dans le centre médical situé dans l'enceinte du Vatican, a annoncé vendredi le petit Etat, qui compte moins d'un millier d'habitants.

Tous les services de consultation de ce centre ont été fermés provisoirement "pour assainir les locaux après la découverte hier d'un cas positif de Covid-19 sur un patient", a indiqué dans un communiqué le Vatican, en précisant que la petite unité de premier secours reste ouverte.

La Russie ferme ses frontières aux voyageurs en provenance d'Iran

La Russie a annoncé vendredi la fermeture de ses frontières aux voyageurs en provenance d'Iran, afin de limiter la diffusion du nouveau coronavirus. Le service fédéral de sécurité "fermera temporairement le passage à la frontière russe aux citoyens étrangers (...) arrivant d'Iran", pour travailler, poursuivre des études ou voyager en Russie, selon un décret du gouvernement.  

Cette fermeture interviendra vendredi à partir de minuit (22 heures à Bruxelles) afin de "stopper la diffusion du nouveau coronavirus sur le territoire russe", a précisé le gouvernement.  Les nouvelles mesures excluent les personnes résidant d'une manière permanente en Russie, les ressortissants des pays de l'union économique eurasiatique menée par la Russie, qui comprend l'Arménie, le Belarus, le Kazakhstan et le Kirghizstan, ainsi que les délégations officielles et les équipages d'avions.

Hôpitaux mal préparés aux Etats-Unis ?

Aux Etats-Unis, le principal syndicat infirmier a dénoncé l’état d’impréparation de nombreux hôpitaux, s’inquiétant du manque d’équipement et d’information pour les professionnels de santé. Le Congrès a approuvé à la quasi-unanimité un plan d’urgence de 8,3 milliards de dollars pour financer la lutte contre le coronavirus, qui a contaminé plus de 180 personnes et fait au moins 12 morts dans le pays.

Le président Donald Trump avait proposé un premier budget de 2,5 milliards de dollars, jugé insuffisant par l’opposition. Le vice-président Mike Pence, chargé de coordonner la réponse à l’épidémie, a reconnu que le pays ne disposait pas d’assez de tests pour satisfaire la demande attendue.

Au large de la Californie, les autorités ont commencé jeudi à procéder à des tests à bord d’un paquebot pour déterminer si des passagers avaient contracté la maladie. Le Grand Princess, qui compte environ 3500 personnes à bord, appartient à la même compagnie que le Diamond Princess, placé en quarantaine en février au Japon et où plus de 700 contaminations ont été recensées, dont six mortelles.

Risque de "recontamination" en Chine

Dans le monde entier, le nombre de cas de contaminations flirte avec les 100.000 : 85 pays et territoires ont relevé au moins 97.510 personnes infectées, et parmi elles, 3346 en sont mortes, selon un bilan établi par l’AFP jeudi à 17h GMT.

Le gouvernement italien, premier foyer européen de contamination, a mis en place un plan de 7,5 milliards d’euros pour faire face à l’épidémie et ses conséquences.


►►► À lire aussi : les réponses aux questions que vous vous posez sur le coronavirus


En Chine, pays le plus touché, la stabilisation se confirme : Pékin a fait état vendredi de 30 nouveaux décès, soit le chiffre le plus bas depuis le 27 février. Mais le pays s’inquiète des risques de "recontamination" via l’étranger : il dénombre désormais 36 cas de contamination importés, sur un total de 80.552.

La crise s’accompagne d’une contestation inhabituelle à l’encontre du régime communiste : une des plus hautes responsables du pays a été conspuée lors d’une visite à Wuhan, berceau de l’épidémie, par des habitants confinés apparemment mécontents d’un manque de vivres.

Economie en berne

La crise faisait à nouveau baisser les places financières asiatiques vendredi, au lendemain d’une dégringolade des Bourses européennes puis de Wall Street. Tokyo a fini en forte baisse, à -2,72%.

La chute brutale du trafic aérien dans le monde pourrait faire perdre jusqu’à 113 milliards de dollars de revenus aux compagnies, a alerté l’association internationale du transport aérien (Iata).

La Britannique Flybe, qui emploie 2000 salariés, a cessé ses activités et a été placée en redressement judiciaire, tandis que la Portugaise TAP a annoncé la suppression de près de 1000 vols. La compagnie aérienne Lufthansa a décidé vendredi de réduire jusqu'à 50% de ses capacités de vol lors des prochaines semaines. Cette mesure vise à limiter les conséquences financières de la baisse de la demande.

Nombre de pays prennent des mesures d’interdiction de territoire ou de quarantaine pour des voyageurs provenant de pays touchés. Trente-six pays ont déjà imposé une interdiction totale d’entrée aux personnes arrivant de Corée du Sud, selon Séoul, et 22 autres ont pris des mesures de quarantaine. Séoul doit convoquer l’ambassadeur du Japon pour protester contre les mesures "irrationnelles" de quarantaine imposées par ce pays aux personnes arrivant de Corée du Sud.

Le virus touche chaque jour de nouveaux pays : le royaume himalayen isolé du Bhoutan a annoncé vendredi son premier cas, un touriste américain.

Pénurie et vols de masques

En quelques semaines, les masques, désinfectants, gants ou combinaisons de protection sont devenus des denrées rares. Nombreux sont les Etats à prendre des décrets pour interdire l’exportation du matériel médical. En France, trois hommes ont été arrêtés pour avoir tenté de vendre 40.000 masques périmés.

Le monde du sport est lui aussi affecté : le match de rugby du Tournoi des six nations Italie-Angleterre, prévu à Rome le 14 mars, a été reporté sine die. Le marathon de Paris, prévu le 5 avril, l’a été au 18 octobre.