Coronavirus : la vidéo montrant une fabrique insalubre de masques en Inde, fake ou pas ?

La vidéo est devenue rapidement virale.
2 images
La vidéo est devenue rapidement virale. - © D. R.

C’est une vidéo qui tourne depuis un peu plus d’une semaine sur les réseaux sociaux et qui est en lien avec la pandémie actuelle de coronavirus et la pénurie de masques pour le milieu hospitalier. On y voit des hommes installés derrière des machines à coudre en train de fabriquer justement des masques de protection pour le visage.

Mais en termes de respect des règles d’hygiène, des normes de fabrication et de protection des ouvriers au travail, on est extrêmement loin du compte. Le local est totalement insalubre, les masques sont mis en forme à même le sol avant d’être empilés par ce qui semble être un enfant ou à tout le moins un jeune adolescent. Les conditions de stockage et de salubrité sont en dessous de tout.

Très peu de sons dans cette vidéo devenue virale si ce n’est celui des machines à coudre. Celui qui tourne les images s’exprime dans une langue que nous ne sommes pas parvenus à traduire. But de l’auteur : certainement montrer les conditions de travail des ouvriers et la nature de l’activité dans le contexte que connaît le monde actuellement. D’ailleurs, à la fin du petit film, un zoom est réalisé sur une note : "Andye 22/02/2020." Une date, donc, qui confirmerait la capture récente de cette scène qui a choqué les internautes.

Sur Twitter et Facebook, cette séquence qui semble avoir été tournée en Inde (voire au Bangladesh ou au Pakistan) est accompagnée de commentaires. Ceux-ci dénoncent les conditions de fabrication de ces masques de type chirurgical. Mais surtout, relaient l’information selon laquelle les pays occidentaux se fournissent dans ces usines de misère, sans aucun contrôle. Exemple avec ce tweet du controversé député français Joachim Son-Forget (ex-PS, ex-LREM, proche de l’extrême-droite) : "Les masques arrivent, virus fournis".

Autre exemple avec ce tweet et le commentaire qui l’accompagne : "Voilà comment sont fabriqués en Inde les masques de nos soignants… à même le sol… Y’a comme un truc qui va pas non ?" Ou encore celui-ci : "Fabrication de masques type "chirurgien" en Inde. Appréciez les normes sanitaires, le respect de l’âge légal du travail."

Question : la vidéo est-elle authentique ou s’agit-il d’un fake ? Tout d’abord, cette vidéo existe en plusieurs versions allant d’une minute 15 à plus de deux minutes. La RTBF a effectué des recherches, fouillé quelques archives en ligne avant de passer une des versions dans l’application Invid (In video veritas), un "fake news debunker".

Celui-ci permet de remonter jusqu’à l’origine d’une vidéo qui circule sur Internet. Très utile quand une vidéo est accolée à un événement dramatique récent (un crash d’avion ou un attentat) alors que celle-ci date de plusieurs mois voire plusieurs années. Une vidéo recyclée, en fait, mais avec une fausse légende. Nous avons également passé la séquence des masques dans l’outil de vigilance en ligne mis en place par Amnesty.

Verdict ? A vrai dire, pas convaincant. Ou plutôt, rien n’indique que la vidéo de la fabrique des masques est ancienne. Les résultats communiqués la datent régulièrement aux alentours du 27 mars dernier, même si elle a pu être filmée avant. Alors fake ? A ce stade, impossible de l’affirmer avec certitude. La date écrite à la main sur une table et mentionnée dans le film lui-même nous fait plutôt pencher pour un tournage récent, en lien avec la pandémie de coronavirus.

La contrefaçon à grande échelle

Ce qui est certain : c’est que tournage met en lumière la fabrication à grande échelle de faux masques de protection. C’est une information avérée : en Inde, les autorités ont fait fermer plusieurs petites usines clandestines. L’Inde est également touché par le Covid-19 avec environ 3000 cas et une septantaine de décès. Dans le pays, les mesures de confinement sont particulièrement strictes.

Et dans ce territoire qui compte 1,3 milliard d’habitants, on tente aussi de se protéger comme on peut. Le marché noir des masques est florissant. Les caves où des Indiens confectionnent des milliers de masques par jour pour des salaires de misère sont nombreuses. La chaîne India Today (en anglais) a récemment réalisé dans la métropole de Delhi un reportage sur ces manufactures dangereuses. Les images diffusées rappellent celles que nous essayons de vérifier. Et pour le journaliste qui a réalisé cette enquête, "ces masques ne protègent pas contre le coronavirus. Mais au contraire peuvent vous contaminer".

Comme on peut l’entendre dans le reportage, des patrons d’usines de textiles se sont reconvertis dans les masques. Un marché beaucoup plus juteux en ces temps de coronavirus.

Des saisies dans des usines clandestines

Le 31 mars, India Today rapportait cette fois la saisie de 12.000 masques de type N95 (différents de ceux de notre vidéo) dans une usine de Bengalore (sud du pays). Les services anticriminalité y sont intervenus pour mettre un terme à cette production. Pour le Deccan Herald, "la police a été surprise d’apprendre que les personnes arrêtées avaient déjà vendu environ 70.000 faux masques". Selon les forces de l’ordre, les contrefacteurs "utilisaient un tissu tout à fait classique pour fabriquer des masques et y ont mis de faux sceaux N95 pour les vendre à un prix plus élevé et gagner rapidement de l’argent."

A Mumbai (est de l’Inde), les saisies sont également fréquentes. La plus récente parle, selon le journal The Economic Times, de 200 cartons saisis. Le Indian Express Online fournit lui également des images de ces usines, cachées dans les bidonvilles de l’ancienne Bombay.

L’Indonésie, toujours en Asie, est également connue pour ses contrefaçons. Le média Channel News Asia (CNA) rapporte dès le 8 mars que les autorités indonésiennes "ont saisi un demi-million de masques amassés dans un entrepôt à Jakarta. La police a également fait une descente dans une usine où se trouvaient des masques contrefaits qui ne répondaient pas aux normes sanitaires". Dans le pays, on compte 2000 cas et environ 180 décès.

On l’a dit : à ce stade, impossible de déterminer où la vidéo soumise à notre analyse a été tournée. Ce qui est certain, c’est que la vidéo fait le tour du web et interpelle. Et si c’était le but de celui qui l’a fait fuiter ?

Toujours est-il que la vidéo s’inscrit dans un contexte d’une forte demande mondiale en masques de protection. La Belgique vient d’annoncer la commande de 35 millions de masques. L’annonce est tombée ce vendredi : plus de 25 millions de masques chirurgicaux et plus de 10 millions de masques FFP2/FFP3 ont été commandés, a indiqué vendredi soir le cabinet du ministre Philippe De Backer en charge de gérer l’approvisionnement en matériel pour la protection personnelle. Les masques proviennent de fournisseurs chinois, comme ceux déjà livrés il y a quelques jours.

D’autres pays occidentaux se fournissent en Inde : c’est le cas du Canada. Il y a quelques jours, comme le rapporte Le Devoir, quotidien québécois, près d’un million et demi de masques qui pourraient servir au réseau de la santé sont malheureusement "coincés dans des conteneurs en Inde depuis le mois de février". Raison : le gouvernement indien a fermé ses frontières en raison de l’épidémie de Covid-19 et retient tous les équipements de protection respiratoire.