Coronavirus: la Pologne va rouvrir crèches, hôtels, musées et centres commerciaux

Le Premier ministre polonais a annoncé mercredi la réouverture dès la semaine prochaine de crèches, d'hôtels ou de centres commerciaux, pour relancer l'économie paralysée par le coronavirus, tout en appelant les Polonais à maintenir "la discipline sociale".

Le chef du gouvernement a annoncé l'ouverture dès le 4 mai d'hôtels, de centres commerciaux, d'une partie des institutions culturelles, dont certains musées, ainsi qu'à partir du 6 mai de crèches et de jardins d'enfants.

Les cabinets de kinésithérapie seront également à nouveaux autorisés à exercer dès la semaine prochaine.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


"Nous ouvrons de façon conséquente l'économie, mais nous ne relâchons pas d'un centimètre les règles de sécurité", a déclaré à la presse Mateusz Morawiecki. "Nous ne pouvons pas être irresponsables, je vous demande de maintenir la discipline sociale", a-t-il dit, soulignant que le chemin sera "cahoteux" pour aller vers l'aplanissement de la courbe des contaminations et des décès.

D'autres mesures de sécurité, telles que le port de masque, restent obligatoires, a souligné le Premier ministre. Dans les magasins, qui sont actuellement ouverts, une personne seulement par 15 mètres carrés est autorisée.

Le bilan de la pandémie en Pologne s'élevait mercredi matin à 12.415 contaminations, dont 606 décès.

Pas comme la Belgique

Lors des dernières 24 heures, 326 personnes ont été contaminées par le virus en Pologne, selon les chiffres du ministère de la Santé, alors que 370 personnes en ont guéri.

"C'est la première journée où nous pouvons dire qu'effectivement nous avons une augmentation plus rapide du nombre des personnes qui guérissent" que de celles qui sont contaminées, a déclaré Mateusz Morawiecki.

"Nous sommes ainsi dans une situation très rassurante, loin des extrêmes dans lesquels se trouvent la Belgique, l'Italie ou l'Espagne", a-t-il souligné, reconnaissant cependant ne pas savoir à quelle étape de l'épidémie se trouvait la Pologne.

Le Premier ministre a également maintenu que les élections présidentielles, dans un scrutin par correspondance, se tiendraient en mai, malgré les multiples contestations, incertitudes légales et techniques.

Elections maintenues

Le scrutin est considéré par l'opposition libérale comme "un coup d'Etat" contre la démocratie, la vie et la santé des Polonais en pleine pandémie.

L'ancien Premier ministre polonais et ex-président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé mardi qu'il allait boycotter ce scrutin qui, selon lui, sera "inconstitutionnel".

Le président sortant Andrzej Duda, favori du scrutin, a appelé quant à lui mercredi les dirigeants européens à créer un mécanisme commun de sécurité médicale qui comprendrait notamment la coordination de la production et de distribution des produits médicaux, ainsi que la coordination de la recherche médicale au niveau européen.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK