Coronavirus : la pandémie perturbe la lutte contre les actes pédophiles, estime Interpol

L’épidémie de Covid-19 complique la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants, entraînant une sous-déclaration des abus pédosexuels et l’augmentation du partage de contenus mettant en scène ces exploitations via les réseaux, relève Interpol dans un rapport publié lundi.

Selon l’organisation policière internationale, l’épidémie et les mesures sanitaires "influent sur le comportement des auteurs et des victimes de ces abus".

Interpol cite notamment "la fermeture des écoles", "l’accroissement du temps passé en ligne par les enfants" et un "accès limité aux structures d’aide à la population, aux services de garde d’enfants et au personnel enseignant, qui jouent souvent un rôle déterminant dans la détection et le signalement des cas d’exploitation sexuelle des enfants".

"Eu égard aux obstacles plus nombreux rencontrés par les victimes pour signaler les infractions ou obtenir un soutien, il est à craindre que, passé un long délai, certains abus ne soient jamais pris en compte", note le rapport.


►►► À lire aussi : Pédophilie : "L’une des dix cibles prioritaires mondiales" arrêtée en France


Par ailleurs, l’organisation a pu constater "l’accroissement des discussions sur les forums consacrés aux abus et à l’exploitation sexuels des enfants sur le dark net".

"Depuis quelques années, on observe une hausse des diffusions en direct payantes de contenus mettant en scène l’exploitation sexuelle d’enfants, et la demande en la matière va probablement encore croître sous l’effet des restrictions de déplacement", de même que l’offre, "car les victimes sont parfois confinées avec les 'facilitateurs' et que les difficultés économiques s’aggravent" en temps d’épidémie, redoute encore l’organisation.


►►► À lire aussi : TikTok, le réseau social préféré des plus jeunes est-il dangereux ?


En outre, "dans les zones fortement touchées par le Covid-19, lorsque les parents sont hospitalisés et que les enfants sont placés sous la garde d’autres personnes, voire livrés à eux-mêmes, le risque d’abus est susceptible de s’accroître", ajoute le rapport.

En temps de Covid, Interpol a constaté une "réduction du nombre de signalements de cas d’abus ou d’exploitation sexuels d’enfants, ou du retard dans ces signalements, en raison de la perturbation des canaux habituels".

Ainsi, l’organisation préconise la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation sur les abus en ligne, des réflexions sur "de nouveaux moyens de signalement" et un partage accru des données avec Interpol.

"Procès pédophilie : Un réseau belge hors norme", sujet du 24 janvier dernier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK