Coronavirus : l'OMS s'alarme de la situation au Brésil et au Mexique et veut éclaircir l'origine du virus

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS. - © FABRICE COFFRINI - AFP

Le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé lundi un cri d’alarme sur la situation au Brésil et au Mexique en proie à une progression rapide du Covid-19, appelant les autorités des deux pays à prendre la situation "très au sérieux".

"Je pense que le Brésil doit prendre cela très, très sérieusement. C’est très, très inquiétant", a mis en garde Tedros Adhanom Ghebreyesus, face à l’évolution de la pandémie dans un pays dont le président, Jair Bolsonaro, nie la gravité de la maladie et a fait savoir la semaine dernière qu’il ne se ferait pas vacciner.

Lors de sa conférence de presse bi-hebdomadaire à Genève, il a lancé le même appel au Mexique qui, a-t-il souligné, est "en mauvaise posture".

Des chiffres préoccupants

"Le nombre de cas a doublé et le nombre de morts a doublé", s’est inquiété Tedros Adhanom Ghebreyesus, avant d’insister : "nous voulons demander au Mexique de prendre cela très au sérieux".


►►► À lire aussi : L’OMS appelle à encadrer la pratique du ski : "Le risque n’est pas le ski lui-même"


Le Brésil, qui compte 212 millions d’habitants, est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 170.000 morts, derrière les Etats-Unis, selon Johns Hopkins University.

Le Mexique a atteint la barre des 100.000 morts le 20 novembre, et huit jours plus tard, a dépassé pour la première fois le seuil des 12.000 cas de contamination par jour.

Éclaircir l’origine du virus

Le patron de l’OMS a également promis lundi de tout faire pour connaître l’origine du virus ayant provoqué la pandémie de Covid-19, rejetant les accusations selon lesquelles l’agence onusienne est trop complaisante envers la Chine.

"Nous voulons connaître l’origine et nous ferons tout pour la connaître", a promis Tedros Adhanom Ghebreyesus, dont l’agence espère envoyer rapidement une équipe scientifique internationale sur le terrain dans la région chinoise de Wuhan, considérée comme le berceau de la pandémie.

"La position de l’OMS est très, très claire : nous devons connaître l’origine de ce virus, car cela peut nous aider à prévenir de futures épidémies", a-t-il dit. Il a souligné qu’il s’agissait d’une "question technique" et déploré que certains l’aient "politisée".

Les Etats-Unis -le pays le plus ravagé par la pandémie avec plus de 262.000 morts- ont publiquement accusé Pékin de cacher des choses et l’OMS de trop se plier à la volonté des autorités chinoises. D’autres Etats membres, tout en étant moins critiques, soupçonnent toutefois Pékin de freiner le processus.

L’équipe internationale composée d’une dizaine de scientifiques reconnus dans leurs différents domaines de compétence a pour mission de remonter aux origines du virus et de savoir comment il s’est transmis à l’homme, mais elle n’a pour l’instant pas pu se rendre en Chine, où la pandémie a démarré fin 2019.

Coronavirus au Brésil: archives JT du 09/08/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK