Coronavirus : l'Italie entame un déconfinement très progressif

L’Italie entame ce lundi un déconfinement très progressif dans trois quarts des régions italiennes, seule la Sardaigne reste en zone rouge, anticipant ainsi ses voisins européens. Un risque mesuré estime le gouvernement italien.

Les Italiens l’appellent la fièvre jaune… pour désigner la fièvre qui s’est emparée des 15 régions, principalement dans le centre et le nord du pays qui repassent au jaune dès ce lundi. Un allégement progressif des mesures qui ne doit pas être considéré comme la liberté totale. Voilà le difficile message que le Premier ministre Mario Draghi doit faire passer une population fatiguée : "Sur la campagne de vaccination je n’ai aucun doute, elle continuera à aller de mieux en mieux, donc c’est juste une question de comportement, la distance, les masques, … et donc, en fonction de cela, la probabilité que nous devrons faire marche arrière est très basse".

Retour sur les bancs des écoles, presque à temps plein même dans le secondaire, reprise des activités sportives en extérieurs, théâtres et cinémas peuvent accueillir un public limité, les bars et les restaurants recommencent à travailler uniquement pour servir des clients assis en terrasse jusque 22 heures. Des mesures de survie économique explique Lina Palmerini du journal Il Sole 24 Ore : "Le gouvernement a déjà distribué 72 milliards d’euros de soutien économique, donc imaginer de prolonger les fermetures signifie donner encore plus d’argent et creuser les inégalités entre les catégories de travailleurs."

Avec un Italien sur trois considéré comme immunisé, le plan de déconfinement qui prévoit d’autres allégements à partir du 15 mai devrait se poursuivre. Mais la question de maintenir ou non le couvre-feu jusqu’au 31 juillet agite les partis politiques.

Sujet JT du 25/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK