Coronavirus : l'Iran dépasse la barre de 70.000 morts, avec record de mortalité quotidienne

L'Iran, pays du Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie de coronavirus, a franchi la barre des 70.000 morts, selon les chiffres officiels publiés lundi, avec un record de mortalité quotidienne dans le pays.

L'épidémie a désormais fait 70.070 morts sur un total de plus de 2,4 millions de personnes contaminées dans ce pays, selon un communiqué du ministère de la Santé.

Une nouvelle vague plus violente

L'Iran fait face depuis la fin du mois de mars à une nouvelle vague de l'épidémie, encore plus violente que les précédentes.

Au cours des dernières 24 heures, 496 personnes sont mortes à cause du virus, selon ce communiqué, chiffre dépassant le record précédent annoncé à la mi-novembre (486 morts).

De l'aveu même des autorités sanitaires, les chiffres officiels sur l'épidémie de la pneumonie virale y sont largement sous-évalués par rapport à la réalité.

Plus de 300 villes iraniennes, dont Téhéran, sont classées en "rouge", risque épidémiologique le plus élevé qui impose la fermeture de toutes les activités commerciales "non essentielles".

Face à l'épidémie, l'Iran n'a jamais imposé de confinement généralisé à ses 82 millions d'habitants ou à l'échelle d'une ville ou d'une région.

Comme tant d'autres pays, la République islamique compte sur les vaccins pour sortir de la crise sanitaire mais la campagne de vaccination, lancée début février, n'avance pas aussi vite que l'auraient souhaité les autorités.

Selon le ministère de la Santé, l'Iran a administré plus de 824.000 doses de vaccins, depuis le lancement de la campagne de vaccination.

Les autorités espèrent en outre la production d'un ou plusieurs vaccins conçus localement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK