Coronavirus: l'Espagne essaie d'éviter une contagion depuis l'Italie

Coronavirus: l'Espagne essaie d'éviter une contagion depuis l'Italie
Coronavirus: l'Espagne essaie d'éviter une contagion depuis l'Italie - © PAU BARRENA - AFP

L'Espagne s'efforçait mercredi d'éviter une contagion depuis l'Italie après l'annonce en 24 heures de huit cas probables de coronavirus, tous venus de ce pays avec lequel ses liens sont très étroits.

Des centaines de touristes sont été confinés dans un hôtel des Canaries par précaution. Les autorités déconseillent les voyages dans les régions d'Italie touchées par l'épidémie de même que dans les autres pays à risque et imposent des tests aux voyageurs qui en reviennent et présentent des symptômes.

Huit personnes ont été testées positives en Espagne et hospitalisées mais les résultats d'un deuxième test sont encore attendus pour confirmer ces cas formellement, selon les autorités locales.


►►► À lire aussi : Le vrai du faux sur le coronavirus

►►► À lire aussi : Notre dossier sur le coronavirus


La moitié de ces cas ont été enregistrés sur l'île de Tenerife dans l'archipel des Canaries au large du Maroc. Il s'agit d'un couple de touristes italiens et de deux de leurs compatriotes avec lesquels ils voyageaient. En raison de ces cas, plus de 800 touristes sont confinés depuis mardi dans l'hôtel où ils résidaient.

Un autre cas a été détecté à Barcelone, une Italienne habitant dans cette ville et revenue d'un voyage en Italie il y a peu, un autre dans la région de Valence et deux autres dans la région de Madrid, selon les autorités locales.

Mesures de prévention

L'Espagne avait été jusqu'ici plutôt épargnée par le coronavirus avec seulement deux cas confirmés début février et ces deux malades sont guéris.

Face à cette recrudescence des cas et alors que les liens sont très étroits entre l'Italie et l'Espagne, où vivent plus de 240.000 Italiens, les autorités ont annoncé un renforcement des mesures de prévention.

Le ministère de la Santé a ainsi déconseillé les voyages dans les zones à risque dont fait partie le Nord de l'Italie avec la région de Wuhan, le Japon, la Corée du sud et l'Iran.

"Toutes les personnes dans les hôpitaux présentant une maladie respiratoire au diagnostic et à la cause inconnus seront soumis à des tests pour confirmer ou écarter le virus", a déclaré mardi soir le ministre de la Santé Salvador Illa.

Toutes les personnes présentant des symptômes grippaux s'étant rendues dans les 14 derniers jours dans les zones à risque seront considérées comme des cas probables et devront se soumettre à des tests, a-t-il ajouté. "L'Espagne a un système de santé solide, préparé pour faire face à la situation", a-t-il assuré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK