Coronavirus : l'Australie demande aux paquebots de croisière de rentrer chez eux

L'Australie a réaffirmé vendredi qu'elle ne laisserait pas les équipages des paquebots de croisière qui compteraient des cas de coronavirus débarquer sur son sol.

Plus d'une dizaine de navires se trouveraient actuellement au large des côtes australiennes avec plus de 15.000 membres d'équipage à leur bord.

"Nous avons demandé à tous ces paquebots de quitter les eaux australiennes", a déclaré vendredi à la presse le chef de la police australienne aux frontières, Michael Outram. "Si jamais il existe une période pour que les navires retournent là où ils sont enregistrés, c'est sans aucun doute pendant une période de pandémie mondiale comme celle-ci", a-t-il souligné.

De nombreux navires naviguent sous des pavillons de complaisance, notamment le Panama, les Bahamas et le Liberia, et ces différents pays n'ont pas les moyens sanitaires d'accueillir des personnes porteuses du virus.

Ce problème est devenu planétaire, de nombreux bateaux cherchant à se réfugier dans des ports réputés plus sûrs comme en Floride, à Yokohama (Japon) ou à Perth (Australie).


►►► Lire aussi : Coronavirus: le Zaandam avec ses passagers malades accoste en Floride


Les autorités de nombreux pays, parmi lesquelles l'Australie, sont en colère contre les compagnies de croisières qu'elles jugent irresponsables.

L'Australie a indiqué qu'elle ne prendrait pas le risque d'accueillir une nouvelle vague de personnes testées positives au Covid-19 alors que les services sanitaires du pays sont déjà débordés.

Les navires de croisière représentent déjà près de 10% des plus de 5.000 cas de contamination enregistrés dans le pays ainsi qu'un certain nombre des personnes décédées du virus.

Sur le plan politique, le sujet est particulièrement sensible notamment depuis que le gouvernement a finalement autorisé mi-mars 2.700 passagers à débarquer du "Ruby Princess" à Sydney, en dépit d'une interdiction. Plus de 300 d'entre eux étaient porteurs du nouveau coronavirus.

Cette semaine, la police a annoncé qu'elle allait héliporter ce week-end des médecins sur huit paquebots de croisière se trouvant près de Sydney, afin de dépister 9.000 membres d'équipage. Certains navires sont déjà repartis et d'autres se sont engagés à le faire après avoir fait le plein en carburant. Plus rétifs, d'autres paquebots refusent toujours d'appareiller en invoquant un risque de catastrophe humanitaire.

L'association internationale des bateaux de croisière, la plus importante du secteur, a indiqué travailler à la résolution de ce conflit mais avoir, pour cela, besoin de l'aide du gouvernement.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK