Coronavirus: "Il ne faut pas paniquer", estime la commissaire européenne à la Santé

Coronavirus: "Il ne faut pas paniquer", estime la commissaire européenne à la Santé
Coronavirus: "Il ne faut pas paniquer", estime la commissaire européenne à la Santé - © JOHN THYS - AFP

La diffusion du coronavirus en Italie et en Europe est "un motif d'inquiétude" mais "nous ne devons pas tomber dans la panique", a estimé mercredi à Rome la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides.

La responsable européenne a toutefois averti que "les systèmes de santé doivent se préparer à une augmentation des cas et à bien se coordonner", alors que les cas de contamination se multiplient à travers l'Europe.

"L'Europe est encore dans la phase d'endiguement", a estimé la commissaire, appelant tous les Etats membres à revoir leurs "procédures contre les pandémies", informer et se coordonner avec Bruxelles sur leurs plans d'action.


►►► Lire aussi : Notre dossier complet sur l'épidémie


A propos d'une mission scientifique conjointe de l'Union européenne et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) arrivée lundi en Italie, la commissaire a estimé que l'étude du cas italien allait "fortement contribuer à comprendre comment le virus se propage, contrôler son expansion et fournir un meilleur soutien à toute l'Europe".

"Nous faisons face à une situation où subsistent de nombreuses questions (sur le virus), son origine et comment il se répand", a-t-elle déclaré.

Attention à la désinformation

La commissaire a au passage appelé à "être vigilants face aux risques de mauvaise information, de désinformation et de déclarations xénophobes qui n'aident pas du tout et remettent en question le travail des autorités publiques".

Critiquant des "approches divergentes" dans l'UE, la commissaire a aussi souligné que "les virus comme le Covid-19 ont montré leur capacité à franchir les frontières" et s'est félicité que les pays voisins de l'Italie n'aient pas fermé leurs frontières avec la péninsule. "Ce serait une mesure disproportionnée et inefficace", a-t-elle jugé.

L'important pour combattre l'épidémie est "de se coordonner et de partager les informations", a poursuivi la commissaire, rappelant que l'UE apporte déjà "un soutien maximum à l'Italie et à tous les Etats membres" qui en expriment le besoin.

Elle s'est félicitée de l'initiative de la présidence croate de l'Union européenne de prévoir des réunions régulières entre ministres de la Santé, pour "maintenir les contacts au niveau scientifique et les discussions sur le plan politique".

Pour sa part, entre autres mesures concrètes, la Commission européenne va bientôt distribuer des notices d'informations aux voyageurs en Europe, en particulier pour tous ceux qui vont ou proviennent de zones touchées par l'épidémie.
 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK