Coronavirus : Hong Kong suspend sa commande de vaccins AstraZeneca

Hong Kong a confirmé vendredi avoir demandé à AstraZeneca de suspendre sa commande de vaccins contre le Covid-19 par crainte d’effets secondaires et d’inquiétudes quant à son efficacité contre les nouveaux variants du coronavirus.

Mercredi, le régulateur européen a reconnu que les caillots sanguins devaient être répertoriés comme un effet secondaire "très rare" du vaccin AstraZeneca, conduisant de nombreux pays à suspendre la vaccination avec ce sérum aux personnes n’ayant atteint un certain âge.

Tenter de rassurer la population

Le gouvernement britannique s’est efforcé jeudi de rassurer la population sur la sûreté des vaccins, estimant que le risque de tomber gravement malade à cause du Covid-19 était bien plus grand.

Vendredi, la ministre hongkongaise de la Santé, Sophia Chan, a dit avoir demandé à AstraZeneca de ne pas livrer les doses de vaccins qui devaient arriver cette année.

Eviter tout gaspillage

"Nous pensons qu’il n’est pas nécessaire qu’AstraZeneca livre les vaccins à la ville dans le courant de l’année", a-t-elle déclaré, ajoutant que Hong Kong voulait "éviter tout gaspillage en raison de leur rareté à travers la planète".

Le riche centre financier a sécurisé la livraison de vaccins pour ses 7,5 millions d’habitants.

Il a signé des contrats portant sur 7,5 millions de doses chacun avec l’alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech BioNTech/Pfizer et le laboratoire chinois Sinovac, qui ont tous deux commencé à les livrer.

Se procurer d’autres vaccins, plus efficaces contre les variants

Mme Chan a cependant précisé que Hong Kong souhaite également étudier la possibilité de se procurer d’autres vaccins ayant une meilleure efficacité sur les variants du coronavirus.

Un peu plus tôt cette semaine, David Hui, un expert en santé publique et conseiller du gouvernement, a demandé à Hong Kong de remplacer AstraZeneca par le vaccin à dose unique fabriqué par Johnson et Johnson.


►►►A lire aussi : Coronavirus à Hong Kong : l’impossible distanciation sociale illusoire dans les "appartements-cercueils"


Très densément peuplé, Hong Kong, qui compte près de 7,5 millions d’habitants, affiche très peu de contaminations grâce notamment à de sévères restrictions et un port du masque très respecté.

Depuis le début de la pandémie, la ville a enregistré plus de 11.000 cas et 205 décès ont été imputés au Covid-19.

Habitants frileux

Bien que Hong Kong dispose d’un approvisionnement régulier et suffisant en vaccins, les habitants semblent peu enclins à se faire vacciner notamment dans un contexte de méfiance à l’égard du gouvernement pro Pékin.

Jusqu’à présent, seules quelque 529. 000 personnes ont reçu une première dose.

La confiance du public a également été entamée par certaines décisions de l’exécutif qui a notamment approuvé en urgence le vaccin de Sinovac en dépit de faibles résultats en termes d’efficacité.

Par ailleurs, il a suspendu pendant dix jours sa campagne de vaccination avec le sérum Pfizer/BioNTech, car des flacons avaient un emballage défectueux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK