Coronavirus et déconfinement : où et quand pourrez-vous partir cet été? Ce que l'on sait

Coronavirus et déconfinement: où et quand pourrez-vous partir cet été? Ce que l'on sait
Coronavirus et déconfinement: où et quand pourrez-vous partir cet été? Ce que l'on sait - © VALERY HACHE - AFP

Vous rêvez du soleil de l’Italie ? Des plages du sud de la France ou encore des sites touristiques grecs ? Où et quand prévoir vos vacances ? Si tout n’est pas encore très clair, certains pays annoncent la réouverture des frontières.

La Commission européenne a d’ailleurs encouragé les 27 pays de l'Union à rouvrir leurs frontières intérieures pour sauver les vacances d'été de millions d'Européens et empêcher un naufrage du secteur touristique.

L’occasion pour nous de vous expliquer, pays par pays, la situation actuelle.

L'Italie 

Le pays va rouvrir ses frontières aux touristes de l'UE à partir du 3 juin. Le pays ne sait pas encore comment il va gérer l’afflux de touristes sur ses plages mais devrait communiquer dans les prochains jours.

En Italie, où le tourisme représente environ 13% du PIB, le gouvernement a annoncé la levée de la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers et la réouverture des frontières à tous les touristes de l'UE. "Nous sommes confrontés à un risque calculé, sachant (...) que la courbe épidémiologique pourrait à nouveau repartir à la hausse", a commenté samedi soir le Premier ministre italien, Giuseppe Conte.

A Rome, dès ce lundi, place à la réouverture anticipée de certains magasins, comme les coiffeurs ou centres de beauté dans la capitale italienne.

L’Allemagne 

Le pays souhaite rouvrir ses frontières rapidement. La date du 15 juin a d’ailleurs été fixée. Samedi, elle a cependant rouvert sa frontière avec le Luxembourg, et légèrement assoupli les conditions de passage avec l'Autriche et la Suisse. Rien n’a encore été communiqué pour les Belges.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


La France 

Première destination touristique d'Europe, la France a pour sa part rouvert samedi plusieurs sites emblématiques, tels que le Mont Saint-Michel, la cathédrale de Chartres ou encore le Sanctuaire de Lourdes.

Mais leur accès est réservé aux visiteurs locaux, les déplacements restants limités à un rayon de 100 km autour du domicile.

De nombreuses plages françaises ont aussi été autorisées à rouvrir. Mais pas question d'y bronzer ou d'y pique-niquer: elles sont réservées à un usage "dynamique", sans activités collectives. "On est comme des drogués, on était impatients parce qu'on se baigne ici toute l'année", témoigne Gilles, un retraité allé se baigner sur sa plage préférée à Nice, sur la Méditerranée, malgré une eau plutôt fraîche.

Pas question donc, pour l’instant, de passer la frontière vers la France pour aller voyager, se baigner ou encore visiter. Mais la situation pourrait encore évoluer d’ici le début du mois de juillet. Car le gouvernement français a promis de tout faire pour sauver le tourisme et ses deux millions d'emplois. Une des pistes serait donc d’ouvrir le tourisme aux résidents européens. Mais à confirmer.

Espagne 

Toute personne arrivant dans le pays est soumise à une quarantaine de 14 jours. A partir de vendredi, les entrées dans le pays par voie aérienne ou maritime sont donc limitées aux Espagnols, aux résidents en Espagne ou à certains cas bien précis.

Une disposition qui durera jusqu'à la fin de l'état d'urgence que le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez aimerait prolonger jusqu'à fin juin et qui empêche donc toute entrée de propriétaire de résidence secondaire, car un tel bien "ne prouve pas la résidence en Espagne".

Les Belges qui possèdent donc une résidence secondaire en Espagne ne pourront pas en profiter, dans l’immédiat en tous cas. Et les Allemands non plus, d’ailleurs. Empêchés de profiter de leur résidence secondaire sous le soleil de l'île espagnole de Majorque, de nombreux Allemands se plaignent auprès des autorités. Mais Madrid a été clair cette semaine : ils devront attendre la fin du déconfinement.

Depuis fin avril, plusieurs centaines d'entre eux ont envoyé des lettres souvent incendiaires demandant à l'archipel des Baléares, où se trouve Majorque, de permettre aux propriétaires étrangers de venir.


►►► À lire aussi : Déconfinement en Belgique : le secteur touristique devra attendre jusqu'au 8 juin au moins, mais il n'y a aucune certitude


Slovénie 

C’est le seul pays européen à avoir rouvert toutes ses frontières. C’est le premier pays d'Europe à avoir déclaré la "fin" de l'épidémie sur son sol. Assez peu touché, le pays garde quand même ses mesures de sécurité. Et les rassemblements publics sont toutefois encore interdits.

L'Irlande 

Dès lundi, c’est le début du déconfinement progressif. Comme, l’Espagne, le pays va imposer 14 jours de quarantaine aux voyageurs arrivant de l'étranger. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre.

Grèce 

La Grèce a de son côté rouvert ses plages privées mais à condition là aussi de respecter des règles strictes, dont l'interdiction de poser son parasol à moins de quatre mètres de son voisin. Les plages publiques avaient rouvert le 4 mai. "C'est un peu contraignant de nettoyer à chaque fois qu'un client part", soupire Pedri Alatras, chargé de désinfecter des transats à Kavouri, près d'Athènes.

Dès ce lundi, à Athènes, les sites antiques dont l'Acropolis seront rouverts au public. Pour les musées, il faudra encore attendre le 15 juin prochain.


►►► À lire aussi : A quoi ressembleront vos vacances d'été à la mer du Nord ?


Portugal 

Dès ce lundi, c’est la deuxième phase du plan de déconfinement avec la réouverture de restaurants, cafés et terrasses, crèches et lycées.

Après avoir été relativement épargné par la crise sanitaire grâce aux mesures de restriction prises à partir de la mi-mars, le Portugal se prépare au redémarrage du secteur touristique.

Le groupe Pestana, N.1 de l'hôtellerie au Portugal, a dû fermer tous ses hôtels alors qu'il "venait de boucler le meilleur mois de février de son histoire et de fêter l'ouverture de sa 100e unité", a relevé son patron José Theotonio, lors de la visioconférence organisée par la Nova School of Business and Economics.

Le groupe se prépare à rouvrir une dizaine d'hôtels en juin "pour tester le marché national" mais celui-ci ne représente que 30% de sa clientèle. "La reprise va dépendre des marchés internationaux et sans transport aérien il n'y aura pas de tourisme au Portugal", a prévenu M. Theotonio.

Autriche 

L'Autriche rouvrira totalement ses frontières avec la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie le 15 juin prochain, a annoncé samedi le gouvernement.

Le pays a déjà annoncé que les contrôles aux frontières instaurés pour freiner la propagation du nouveau coronavirus seraient levés à partir de cette même date avec l'Allemagne, la Suisse et le Liechtenstein. Des restrictions resteront maintenues avec l'Italie, l'un des pays au monde les plus touchés par l'épidémie.

Croatie 

En Croatie, terrasses, bars et restaurants ont pu relever les rideaux depuis lundi dernier. Les rassemblements seront désormais autorisés jusqu'à 10 personnes et les jardins d'enfants et écoles reprendront sur la base du volontariat.

République Tchèque 

Fin attendue du confinement pour le 25 mai prochain. Mais rien n’a encore été précisé pour les voyageurs étrangers. La République tchèque, où le taux de contamination par le nouveau coronavirus est un des plus bas d'Europe, a annoncé vendredi qu'elle allait autoriser les rassemblements de jusqu'à 300 personnes au courant du mois.

Ces rassemblements, qui incluent les rencontres sportives, seront possibles à partir du 25 mai, quand les restaurants et les bars pourront également rouvrir, a déclaré le ministre de la Santé Adam Vojtech. Les centres commerciaux, les cinémas, les coiffeurs et les terrasses des restaurants ont repris leur activité lundi, après presque deux mois de confinement. Ce pays de 10,7 millions d'habitants dénombrait vendredi matin 8.352 cas confirmés de coronavirus, dont 293 ont été mortels.

Estonie, Lituanie et Lettonie 

C’est une bulle qui s’est créé entre ces trois pays. Il est possible de circuler librement entre ces trois frontières. Mais uniquement les résidents de ces trois pays. Impossible donc pour un Belge de partir en vacances là-bas pour l’instant même s’il faut être rassurant : des résidents d’autres pays pourraient progressivement rentrer à nouveau dans l’un de ces trois pays.

Quel impact économique ?

Post-doctorant à l'ESTHUA d'Angers (Etudes Supérieures de Tourisme et d'Hôtellerie de l'Université d'Angers), Johan Vincent a travaillé sur la façon dont les crises économiques modifient le secteur du tourisme. "Le tourisme est toujours reparti, parce que les acteurs économiques se sont adaptés aux crises auxquelles ils ont été confrontés", explique-t-il à l'AFP. Toutefois, "un gros effort d'adaptation va être nécessaire".

Un effort qui nécessitera des investissements, alors que le secteur est à l'arrêt depuis plusieurs mois. En Espagne, deuxième destination touristique mondiale, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 64,3% en mars par rapport à un an plus tôt, et l'organisation patronale hôtelière Exceltur estime que le tourisme pourrait perdre jusqu'à 60% de son chiffre d'affaires annuel.

L'Europe devra déployer "un plan Marshall pour le tourisme", a estimé Thierry Breton. Les 27 négocient actuellement un fonds de relance au montant "gigantesque", selon le commissaire qui a évoqué la fourchette de "1000 à 2000 milliards d'euros".

Mais l'ensemble des pays se sentiront-ils concernés ? Dans les prévisions de croissance des Etats membres publiées sur le compte Twitter de la Commission européenne, le clivage est évident entre les pays dont l'économie est la plus dépendante du tourisme, Grèce, Italie, Espagne, Croatie et France dans une moindre mesure, et les autres.

Mercredi, les ministres européens du Tourisme ont rendez-vous par vidéoconférence à 13H30 pour aborder, à nouveau le sujet. Avec l’ambition d’enfin permettre un redémarrage du tourisme pour que les Européens puissent enfin savoir où et quand partir en vacances cet été.

 

Reportage de notre journal télévisé à Coxyde, ce 17 mai:


Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK