Coronavirus en RDC: un président silencieux, des morts en série et des rumeurs d'empoisonnement

Le boulevard du 30-juin, vide, à Kinshasa.
Le boulevard du 30-juin, vide, à Kinshasa. - © BIENVENU-MARIE BAKUMANYA - AFP

Des morts en série dans l'entourage du président de la République démocratique du Congo (RDC), officiellement de la maladie Covid-19, alimentent diverses rumeurs. On évoque notamment des cas d'empoisonnement au sommet de l'Etat à Kinshasa. Ce climat déjà pesant s'est alourdi avec le décès soudain du juge en charge d'un procès anticorruption sans précédent, Raphaël Yanyi. Ce procès doit reprendre mercredi avec, sur le banc des accusés, un homme fort de la vie politique congolaise, le directeur de cabinet et principal allié du chef de l'Etat, Vital Kamerhe.

3326 personnes contaminées

Le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est muet depuis ses deux interventions télévisées les 18 et 24 mars pour instaurer "l'état d'urgence sanitaire" face aux premiers cas de nouveau coronavirus en RDC. Depuis, le Covid-19 a touché selon les derniers chiffres officiels 3.326 personnes et tué 72 patients, dont une bonne dizaine dans les cercles de la présidence et du gouvernement.

La maladie a d'abord touché fin mars la ministre de l'Economie, Acacia Bandubola, qui a perdu une soeur et son frère, membre de son cabinet. Depuis, plusieurs décès ont été signalés à la présidence: Jacques Ilunga, l'un des principaux négociateurs de l'accord de coalition avec le précédent président Joseph Kabila, le directeur adjoint de la communication présidentielle, Charles Kilosho, Jean-Pierre Wetshi, qui fut conseiller à la présidence en charge de l'identification. Un membre de la garde rapproché du président Tshisekedi, un certain Kabasele, est aussi décédé dans des circonstances non éclaircies.

Le 15 avril, M. Tshisekedi avait déjà été frappé par le décès de son oncle, l'évêque en retraite Gérard Mulumba, qui était le chef de la Maison civile du chef de l'État. Il avait été la 21e victime du Covid-19 en RDC.

Tous les services de la présidence sont mis en alerte

"Si je ne me trompe pas, nous avons enterré deux ou trois personnes cette semaine", a encore déclaré vendredi soir le porte-parole du président, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Y'amba. "Tous les services de la présidence sont mis en alerte", a-t-il reconnu sur la chaîne d'Etat, la Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC), qui l'interrogeait sur les rumeurs d'empoisonnement entourant ces décès en série.

"Scientifiquement, il n'y a encore aucune preuve qui a été donnée pour dire qu'il y a autre chose que le Covid-19 parmi les décès que l'on a déplorés à la présidence de la République", a répondu M. Kasongo. "Je ne sais pas vous dire si c'est le Covid ou si c'est le poison", a-t-il ajouté dimanche sur la radio privée Top Congo FM, relancé sur la même question après avoir dans un premier temps rejeté les rumeurs rapportés dans les réseaux sociaux faisant état d'empoisonnements à la présidence.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK