Coronavirus en Pologne : Donald Tusk appelle au boycott de la présidentielle par correspondance

Coronavirus en Pologne : Donald Tusk appelle au boycott de la présidentielle par correspondance
Coronavirus en Pologne : Donald Tusk appelle au boycott de la présidentielle par correspondance - © THIERRY ROGE - BELGA

Donald Tusk, à la tête du Parti populaire européen et ancien Premier ministre de Pologne, a déclaré mardi qu’il ne participerait pas à l’élection présidentielle prévue dans son pays grâce à un vote par correspondance. Il considère que la mise en place du vote postal a été hâtive et que ce scrutin serait anticonstitutionnel et peu sûr.

"A mon avis, nous ne devrions pas participer […] au vote par correspondance", a dit l’ancien président du Conseil européen. Il a précisé qu’il évitait délibérément d’utiliser le terme "élections".

La Pologne doit tenir une élection présidentielle le 10 mai mais en raison de la pandémie de coronavirus, le parti au pouvoir Droit et justice (PiS) a proposé de remplacer le scrutin par un vote par correspondance, tandis que l’opposition réclame le report de l’élection.

Une loi introduisant le vote universel par correspondance n’est pas encore en vigueur, le Parlement ne devrait décider sur son sort que le 6 mai.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Pologne : reporter l’élection à 2022 ? La meilleure solution pour le ministre de la Santé


Qu’à cela ne tienne, le PiS a lancé les préparatifs pour le scrutin par voie postale, mais fait face à des problèmes organisationnels et des doutes légaux, provoquant moult critiques dans le pays.

Le processus prévu par le PiS ne répondrait pas aux exigences d’un scrutin juste, équitable et secret. Il porterait atteinte à la Constitution en raison de changements de dernière minute au code électoral, a affirmé M. Tusk dans une vidéo publiée sur Twitter.

"Si tous les Polonais honnêtes et décents disent : 'Ce n’est pas une élection et nous n’allons pas participer', le PiS reculera", a appelé Donald Tusk. Selon lui, il est possible de tenir un scrutin juste "assez rapidement", si toutes les forces politiques en Pologne s’y attellent.

Les experts estiment que le PiS souhaite tenir le scrutin le plus rapidement possible car son candidat, Andrzej Duda, l’actuel président et en tête des sondages, pourrait perdre des plumes en raison des conséquences économiques probables du confinement.