Coronavirus en Italie: les écoles rouvriront en septembre

Giuseppe Conte.
Giuseppe Conte. - © HANDOUT - AFP

Le Premier ministre italien livre dans une interview publiée ce dimanche par le quotidien La Repubblica quelques pistes pour le déconfinement en Italie. Un plan détaillé doit suivre ce dimanche soir et au début de la semaine prochaine. Giuseppe Conte promet la réouverture des écoles en septembre seulement pour ne pas mettre "en jeu la santé des enfants". Certains déplacements seront possibles à partir du 4 mai, mais il faudra encore attendre avant que les Italiens retrouvent toute leur liberté de mouvement et notamment le chemin des restaurants et cafés, avertit le chef du gouvernement. L’Italie commencera à rouvrir ses usines le 4 mai dans le cadre de ses mesures de
déconfinement, annonce aussi Giuseppe Conte.

Pas d’école avant septembre

"L’école est au centre de nos pensées et rouvrira en septembre. Mais tous les scénarios préparés par un comité d’experts prévoyaient des risques élevés de contagion en cas de réouverture (avant septembre, ndlr) des écoles", a-t-il dit.

"C’est la santé de nos enfants qui est en jeu", a poursuivi Conte, alors que les établissements scolaires sont fermés depuis début mars en raison de l’épidémie de Covid-19 qui a fait déjà plus de 26.384 morts et 195.351 cas de contamination dans le pays, le plus durement touché en Europe.

Vers un déconfinement très lent

Premier pays européen frappé par l’épidémie de coronavirus, l’Italie a été aussi le premier à mettre en place un confinement général de la population début mars.

Le chef de gouvernement a également confirmé que le gouvernement travaillait sur un plan de déconfinement des Italiens et de réouverture des activités industrielles à court terme, à partir du 4 mai. "Nous travaillons […] pour permettre la réouverture d’une bonne partie des entreprises, du secteur manufacturier à la construction, à partir du 4 mai", a-t-il assuré.

Ce plan sera annoncé "au plus tard au début de la semaine prochaine" mais les entreprises devront assurer "un respect rigoureux des protocoles de sécurité", comme la distanciation sociale ou le port du masque, a-t-il souligné. Conte a évoqué plus spécifiquement "les activités productives et industrielles plus tournées vers l’exportation" car ces dernières risquent d’être coupées des circuits internationaux.

Il a assuré d’une manière générale que son gouvernement travaillait pour donner "un horizon temporaire clair à tous les opérateurs économiques", y compris les bars, restaurants et autres activités touristiques qui ouvriront en dernier, afin de leur permettre d'"adopter toutes les précautions utiles permettant un nouveau départ dans des conditions de sécurité maximale".

Masque ou pas?

Concernant la liberté de déplacement, aujourd’hui limitée exclusivement à l’intérieur de la commune d’appartenance et liée aux seules exigences de travail et de santé qu’un citoyen doit confirmer par une déclaration sur l’honneur, il a évoqué "des mesures moins rigoureuses", sans autre détail. "Nous ne sommes pas encore en mesure de restaurer la pleine liberté de mouvement […] mais nous ferons en sorte de permettre davantage de déplacements tout en maintenant les garanties de prévention et d’endiguement de la contagion", a promis le chef du gouvernement italien.

Les masques deviendront quasi certainement une obligation dans les transports voire sur tout le territoire italien. Le gouvernement devrait en réguler les prix.

La date de réouverture des commerces, restaurants et bars reste une question à trancher, indique le Premier ministre qui ajoute qu'il faudra encore attendre une quinzaine à compter du 4 mai.

Enfin le site officiel du gouvernement italien ouvre la possibilité de baignades pour ceux qui habitent près de la mer ou d'un lac, en respectant les mesures de distanciation, ainsi que l'autorisation de célébrer des funérailles.


►►► Lire aussi : coronavirus en Italie : le pays commence à se préparer à une sortie de crise qui sera lente, stricte et incertaine

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK