Coronavirus en Italie : 400.000 masques importés illégalement de Chine ont été saisis

Quelque 400.000 masques de protection, importés illégalement en Italie par quatre hommes d'affaires chinois les présentant comme des dons mais en réalité destinés à le revente, ont été saisis, a annoncé ce jeudi la police.

Les entrepreneurs avaient prévu d'importer un total de cinq millions de masques chirurgicaux ou de type FFP2 en l'espace d'une semaine, a avoué l'un d'eux, un Chinois de 26 ans qui s'est rendu à la convocation des enquêteurs à bord d'une limousine avec vitres fumées et chauffeur.

Les masques saisis bientôt dans les hôpitaux

Les masques, conformes aux normes en vigueur et arrivés par avion à Milan et Rome, étaient présentés comme des dons mais étaient en fait destinés à la vente directe. Les masques chirurgicaux devaient être vendus au prix de 2 ou 3 euros l'unité, les masques FFP2 4 ou 5 euros.

Les sièges sociaux des entreprises important ce matériel médical étaient fictifs. Quelque 100.000 masques ont notamment été saisis à Turin (nord-ouest) dans un restaurant de sushis actuellement fermé. Une autre cargaison a été interceptée à Naples (sud).

Les masques saisis seront remis à la protection civile italienne, qui les redistribuera en priorité aux hôpitaux et maisons de retraite, a précisé la police.

Les excuses de l'Europe face à l'Italie (sujet JT):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK