Coronavirus en Indonésie : les anti-masques priés de s'allonger dans un cercueil pour éviter l'amende

Coronavirus en Indonésie : les anti-masques priés de s’allonger dans un cercueil pour éviter l’amende
Coronavirus en Indonésie : les anti-masques priés de s’allonger dans un cercueil pour éviter l’amende - © FAHMI DOLLI - AFP

Les personnes qui refusent de porter un masque pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus dans la capitale indonésienne, Jakarta, peuvent choisir de s’allonger dans un cercueil pendant plus d’une minute au lieu de faire des travaux d’intérêt général ou de payer une amende. Les autorités de Jakarta-Est ont introduit cette mesure inhabituelle pour faire réfléchir ceux qui refusent de porter un masque aux conséquences potentiellement mortelles de leurs actes, après que le nombre de cas quotidiens a dépassé les 1000 ces derniers jours, ont déclaré les autorités mercredi.

"Pensez à ce qui se passera si vous attrapez la Covid-19", a déclaré un fonctionnaire à un contrevenant alors que ce dernier était allongé dans un cercueil ouvert, dans une vidéo qui s’est propagée sur Internet.


►►► À lire aussi : Déjà 1200 procès-verbaux dressés à Bruxelles pour non-respect du port obligatoire du masque


Abdul Syukur, l’un de ceux qui ont été attrapés ne portant pas de masque, a expliqué qu’il avait choisi de s’allonger dans un cercueil ouvert parce qu’il n’avait pas d’argent pour payer l’amende d’environ 17 dollars.

Les autorités de Jakarta ont également érigé de faux cercueils avec un tableau indiquant les chiffres quotidiens relatifs au nouveau coronavirus dans plusieurs endroits de la ville, pour rappeler aux gens les implications du non-port du masque.

L’Indonésie a enregistré plus de 180.000 cas de Covid-19, avec plus de 7600 décès dus au coronavirus. Le nombre de cas quotidiens augmente depuis la réouverture du pays en juin, après trois mois de confinement partiel. L’Indonésie, État archipel de 265 millions d’habitants, a l’un des taux de dépistage de coronavirus les plus bas du monde.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK