Coronavirus en Grèce : 190 migrants placés en quarantaine sur l'île de Kea

190 réfugiés, dont 38 mineurs  ont échoué sur l'île de Kea ce lundi.
190 réfugiés, dont 38 mineurs ont échoué sur l'île de Kea ce lundi. - © LOUISA GOULIAMAKI - AFP

Environ 190 migrants, échoués depuis lundi sur l’île touristique de Kea en mer Egée se trouvaient ce jeudi en quarantaine dans un hôtel abandonné du port en raison d’une suspicion de coronavirus au sein du groupe, a-t-on appris auprès du maire adjoint de Kea.

Un cas suspect évacué à Athènes

Le pétrolier passeur sur lequel ils se trouvaient s’est échoué ce lundi pendant une tempête dans le port de Kea. Parmi les 190 réfugiés, dont 38 mineurs, originaires en majorité d’Afghanistan, d’Iran et de Somalie, une personne présentant de la fièvre a été évacuée à Athènes pour subir un test de coronavirus, a déclaré Eleftherios Tzouvaras, maire adjoint.


►►► Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus


Trois femmes enceintes et un réfugié blessé à une jambe ont été également emmenés à Athènes tandis que trois hommes soupçonnés d’être les passeurs ont été arrêtés, a-t-il ajouté.

Transfert prévu ce dimanche

Le reste du groupe, pris en charge par du personnel de la Croix Rouge, se trouvait en quarantaine pour 14 jours dans un hôtel désaffecté du port de Korissia "inadapté" pour des réfugiés, a ajouté le responsable. Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère des Migrations a annoncé ce jeudi leur transfert, "d’ici à dimanche", dans "des camps comme celui de Malakasa", à une quarantaine de kilomètres d’Athènes, où ont déjà été transférées des dizaines de migrants récemment arrivés à Lesbos.


►►► Lire aussi : Grèce : violents incidents à Lesbos et Chios contre les nouveaux camps pour migrants

"Plusieurs jours sont déjà passés depuis leur arrivée et ils n’ont pas été en contact avec la population locale", a déclaré le porte-parole du ministère, assurant que toutes les précautions seraient prises, y compris pendant leur transport sur le continent.

 

"Nous sommes sur une petite île touristique", s’est inquiété le maire-adjoint de Kea, ce groupe de réfugiés "représente 10% de notre population et nous n’avons pas d’infrastructure pour les accueillir", a-t-il ajouté.

 

Il a par ailleurs indiqué que des équipes spécialisées avaient permis d’éviter une pollution du port où le bateau se trouvait toujours échoué jeudi.