Coronavirus en France : "Il faut savoir se réinventer", retour sur le discours d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est exprimé à la nation pour la quatrième fois depuis le début de l'épidémie.
Emmanuel Macron s'est exprimé à la nation pour la quatrième fois depuis le début de l'épidémie. - © LOIC VENANCE - AFP

Ce lundi soir, le président français Emmanuel Macron s’est adressé aux Français. Il a prolongé le confinement dans l’Hexagone jusqu’au 11 mai et a annoncé que les événements culturels, les grands rassemblements ne pourront avoir lieu avant la mi-juillet et que les restaurants et bars resteraient fermés.

Pour ce quatrième discours depuis le début de l’épidémie, le président français a laissé le costume du chef de guerre au placard pour endosser celui de l’empathie, cherchant un peu plus à porter celui de l’humilité : "Il faut savoir se réinventer", a d’ailleurs dit le chef de l’Etat.

Les trois choses à retenir 

  • Un calendrier précis : c’est l’élément clé qu’attendaient les Français. Des échéances précises et des procédures de sortie de crise, a indiqué Pierre Marlet, journaliste RTBF spécialiste de la France, sur La Première. "La date, le 11 mai. Puis ce processus : c’est d’abord les écoles, ensuite les commerces, beaucoup plus tard les restaurants, les bars, et encore plus tard sans doute les événements culturels et sportifs de grande ampleur", explique Pierre Marlet. "Les Français vont pouvoir se projeter. Les forces vives de la Nation avaient besoin d’une date", analyse le journaliste.
  • Réouverture des écoles, mais pas des universités : le président français n’a pas prononcé le terme "déconfinement". Toutefois, il a longuement évoqué l’après 11 mai. Et concrètement, après cette date, une annonce majeure, les crèches, collèges, lycées rouvriront leurs portes. Avec des règles précises. Et les parents pourront progressivement retourner au travail. En revanche, les universités garderont portes closes.
  • Les ratés, les couacs : le président est également revenu sur ce qui a cruellement manqué, sur les procédures qui ont parfois été lente, le manque de matériel. Les masques seront bientôt généralisés, le port sera "systématisé", et il y aura des tests, mais pas pour tout le monde, pour les personnes qui présenteront des symptômes. "Le 11 mai, nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes. Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n’aurait aucun sens, mais toute personne ayant un symptôme doit pouvoir être testée. Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin", a dit Emmanuel Macron.

►►► Lire aussi : Emmanuel Macron annonce la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai


L’après 11 mai

C’est aussi un discours porté sur l’après 11 mai, l’après confinement qu’a prononcé Emmanuel Macron. "Avec cette date du 11 mai, ça permet aux écoles, bien sûr, mais aussi au monde économique, aux entreprises et aux indépendants de se projeter et de préparer l’après-confinement. C’est évidemment une échéance importante. Signalons tout de même que pour le tourisme, il faudra encore attendre. Ce n’est pas rien le tourisme en France. On l’oublie parfois, mais c’est quand même la première destination touristique du monde", explique Pierre Marlet.

Coup dur pour les grands événements

C’est l’une des annonces majeures du discours d’Emmanuel Macron, tous les grands rassemblements, culturels et sportifs, sont annulés "au moins" jusqu’au 15 juillet. Autrement dit qu’en est-il des célébrations du 14 juillet, du tour de France qui ne partira pas le 28 juin ? Le festival de théâtre d’Avignon, qui devait se tenir du 3 au 23 juillet a décidé d’annuler à la suite des annonces d’Emmanuel Macron.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Cap 2022

"Il faut savoir se réinventer", a dit Macron. Le président est vu comme le chantre de l’Europe et le chantre de la mondialisation.

Et il a appelé l’Europe à plus d’audace et d’ambition. Il a dit que ce Covid-19 était quelque chose de mondial, "on n’en sortira pas tout seul ".

Ce qui n’a pas empêché le président français de développer des points qui ne sont pas sans rappeler un retour à l’Etat providence. "Par rapport à la mondialisation, là les accents sont quand même extrêmement différents dans la bouche d’Emmanuel Macron. On l’a entendu hier parler de l’importance de l’indépendance de la France sur un plan financier, sur un plan agricole et sur un plan industriel", analyse Pierre Marlet.

Sujet de notre journal télévisé de la mi-journée:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK