Coronavirus en France : face à la troisième vague, le président Emmanuel Macron s'adresse à la nation

Coronavirus en France : face à la troisième vague, le président Emmanuel Macron s'adresse à la nation
Coronavirus en France : face à la troisième vague, le président Emmanuel Macron s'adresse à la nation - © LUDOVIC MARIN - AFP

Le président Emmanuel Macron s'adressera aux Français dans une allocution à 20 heures mercredi soir, a annoncé l'Elysée, pressé de prendre des mesures d'ampleur face à la troisième vague de l'épidémie de Covid-19 en France.

Les Français sont suspendus aux arbitrages que le chef de l'Etat doit rendre avec les ministres les plus concernés lors du Conseil de défense dans la matinée à l'Elysée.

Il les présentera lui-même lors d'une allocution télévisée, annonciatrice de mesures de grande ampleur, comme depuis le début de la crise il y a un an. La précédente date du 27 novembre.

Le Premier ministre Jean Castex prononcera jeudi une déclaration, qui sera suivie d'un débat et d'un vote devant les deux chambres du parlement, "sur l'évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre", ont annoncé mercredi ses services à l'AFP. M. Castex s'était engagé à se présenter devant le Parlement en cas de nouvelles décisions de portée nationale.

Pour prendre ses décisions, Emmanuel Macron tiendra compte des dernières données épidémiques, sans pouvoir réellement évaluer encore l'effet du confinement hybride mis en place il y a 13 jours dans 16, puis 19, départements.

La tendance reste inquiétante avec une hausse des chiffres mettant l'hôpital sous une très forte tension. Le nombre de malades en réanimation a grimpé à 5072, au-delà des capacités hospitalières normales et du pic de la deuxième vague de novembre. Le taux d'incidence a également augmenté.

En comptant les malades du Covid et les autres, près de neuf lits de réanimation sur 10 (6833 sur 7665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés, selon le ministère de la Santé.

Cette dégradation n'a fait qu'accentuer la pression sur le chef de l'Etat, pressé par de nombreux médecins, mais aussi l'opposition, de prendre des mesures plus efficaces, voire un confinement strict qu'Emmanuel Macron a jusqu'ici refusé.

La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a demandé mercredi la fermeture des écoles dans la capitale, au vu de la situation sanitaire "très grave" et de la "désorganisation très grande" dans les établissements.

Elle a indiqué sur BFMTV et RMC qu'"environ 20.000 élèves" n'étaient aujourd'hui "pas en classe soit parce qu'ils sont malades, soit parce que les classes sont fermées", celles-ci étant au nombre de 850.

Depuis lundi, un seul cas de Covid justifie la fermeture d'une classe dans les régions les plus touchées par l'épidémie.

Le taux d'incidence du Covid-19 chez les 15-19 ans est de 850 pour 100.000 à Paris, a précisé Mme Hidalgo, en rappelant que la situation est "très grave" dans la région parisienne, avec "1.500 personnes en réanimation" à l'hôpital.

Le gouvernement ne veut se résoudre qu'en dernier recours à la fermeture des établissements scolaires afin de limiter les contaminations, en raison de son impact sur l'échec scolaire, sur la santé mentale des jeunes, mais aussi sur l'économie, rendant plus difficile le travail des parents obligés de garder les enfants à la maison.

Sujet du JT du 31/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK