Coronavirus en France : des médecins réclament également "le masque obligatoire" dans les lieux publics clos

La France pourrait-elle bientôt emboîter le pas à la Belgique sur l’obligation du port du masque dans les lieux publics fermés ? C’est en tout cas ce que demandent des médecins français qui ont rédigé une carte blanche publiée ce samedi soir sur le site du quotidien français "Le Parisien".


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Dans cette tribune, quatorze médecins de renom réclament "le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos" en France pour éviter que l’épidémie de Covid-19 ne reparte, constatant un relâchement dans le respect des gestes barrières.

Le masque parmi les mesures pour éviter un potentiel reconfinement

"La première vague du Covid-19 est passée, avec toutes les conséquences humaines, économiques et sociales que nous connaissons. Pour nous tous, la tentation est grande et compréhensible de reprendre une vie normale, d’oublier le virus, de profiter de l’été, des plages, des soirées entre amis et de la proximité retrouvée", commencent par dire les signataires… avant de rappeler que "la moitié des habitants de la planète ont été confinés il y a peu, plus de 500.000 personnes sont décédées dans le monde dont 30.000 en France."

"Il serait vraiment très regrettable de ne pas utiliser ces moyens efficaces et accessibles" pour freiner l’épidémie "que sont : le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics clos, la distanciation physique autant que possible et le lavage des mains", ajoutent les signataires.

Ils invitent aussi les Français à se ressaisir avant qu’il ne soit "trop tard pour éviter un nouveau confinement, plus ou moins complet" et disent ne plus vouloir "compter les morts" comme au cours de la première vague de l’épidémie.

La deuxième vague de demain se prépare aujourd’hui

Nos collègues de France Info rappellent qu’en France, les indicateurs sont encore au vert pour la plupart, mais des signaux faibles commencent à apparaître et "doivent nous alerter sur un possible redémarrage massif des transmissions".

C’est "à ce stade" qu’il faut "agir pour éviter une nouvelle vague massive et meurtrière." "Quand les clusters seront plus nombreux et non contrôlables, il sera trop tard pour éviter un nouveau confinement, plus ou moins complet. La deuxième vague de demain se prépare donc aujourd’hui, écrivent-ils aussi. Nous, soignants, serons à vos côtés pour vous prendre en charge comme nous l’avons fait pendant la première vague, mais nous ne voulons plus compter les morts comme nous avons dû le faire."

 

 

Appel au port du masque par le gouvernement

Dans ce texte, rédigé par Antoine Pelissolo, un professeur en psychiatrie, et Jimmy Mohamed, un médecin généraliste, ils reconnaissent que le masque "reste inconfortable". Mais ils soulignent que, "contrairement au début de l’année", on sait maintenant qu’il est "une condition importante pour limiter la diffusion du virus" si "tout le monde le porte" et que "nous avons aujourd’hui les stocks nécessaires".

A la veille des départs en vacances, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont également appelé vendredi les Français à la "vigilance au quotidien" et au port du masque pour éviter une "éventuelle deuxième vague de l’épidémie".

Et l’agence sanitaire Santé publique France a prévenu vendredi dans son point hebdomadaire qu’on observait une "nouvelle tendance à l’augmentation de la circulation du virus SARS-CoV-2" en France métropolitaine, même si elle se maintient à "un niveau bas".

La France va-t-elle également obliger le port du masque?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK