Coronavirus en Espagne : retour des restrictions en Catalogne, les agences de voyages belges "pas sereines"

La Catalogne a décidé mardi de réimposer des restrictions pour freiner l’augmentation "exponentielle" récente des cas de Covid-19, principalement chez les jeunes, dans cette région du nord-est de l’Espagne.

La porte-parole du gouvernement autonome catalan, Patricia Plaja, a indiqué que les discothèques et autres lieux de divertissement nocturnes dans des espaces clos devraient fermer à partir de cette fin de semaine et qu’il faudrait présenter un test antigénique ou PCR négatif, ou être vacciné, pour participer à des évènements en plein air réunissant plus de 500 personnes.

"La situation épidémiologique en Catalogne est extrêmement compliquée", a-t-elle dit, car "le nombre des cas croît à un rythme exponentiel, très supérieur à ce que nous pouvons tolérer".

"La pandémie n’est pas terminée, les nouveaux variants sont très contagieux et nous avons encore des pans importants de la population qui ne sont pas vaccinés. Nous ne pouvons pas prétendre avoir vaincu le virus", a mis en garde Mme Plaja.

Elle s’est même prononcée pour le retour de l’obligation du port du masque (plus obligatoire en Espagne depuis le 26 juin), soulignant toutefois que cette décision ne relevait pas des compétences du gouvernement autonome catalan.

"Au vu des chiffres que nous avons aujourd’hui, nous pensons que le masque doit à nouveau être obligatoire en Catalogne, mais seul le gouvernement espagnol peut le décréter", a-t-elle dit.


►►► À lire aussi : Coronavirus : les contaminations explosent en Espagne, notamment chez les jeunes


Outre la Catalogne, la Navarre (nord) a ainsi annoncé des mesures limitées à partir de mercredi et l’Andalousie (sud) pourrait les imiter.

Dans le même temps, la campagne de vaccination s’accélère : 40,3% des quelque 47 millions d’Espagnols est totalement vaccinée contre le coronavirus, tandis que la moitié (55,9%) a reçu au moins une dose d’un vaccin.

La semaine dernière, un foyer géant aux Baléares avait mis au jour au moins 1824 personnes infectées après le retour sur la péninsule de plusieurs centaines de jeunes partis faire la fête à Majorque. Près de 6000 personnes avaient été mises en quarantaine dans toute l’Espagne.

Les vacanciers belges inquiets

Une situation qui inquiète les Belges qui sont nombreux à vouloir partir en Espagne, comme chaque été. "L’inquiétude est légitime, les informations changent du jour au lendemain, témoigne Frédéric Forthomme, directeur d’une agence de voyages. Les gens qui se réjouissaient de partir en vacances apprennent que la situation empire, ce ne sont pas des termes que l’on aime entendre."

De nombreuses personnes appellent les agences pour poser leurs questions. Même si pour le moment, il y a peu d’annulations. "Les pays qui accueillent nos touristes sont à l’heure actuelle dans une situation sanitaire correcte", rappelle Frédéric Forthomme. Pour les Canaries, par exemple, qui viennent de passer en zone rouge, la question ne se pose que pour les personnes qui ne sont pas encore vaccinées, et qui craignent de devoir faire une quarantaine au retour.


►►► À lire aussi : Annulations de vols à cause du coronavirus : les compagnies aériennes doivent rembourser les passagers qui le demandent


Malgré tout, les agences sont débordées. La faute à un manque d’harmonisation en Europe, estime Frédéric Forthomme : "chaque pays, chaque région a ses propres règles, donc nous devons les connaître, informer les clients et croiser les doigts pour que la situation n’empire pas. On n’est pas sereins", admet-il.

Mais si les voyageurs peuvent se rendre en Espagne, certains s’inquiètent du durcissement des mesures. "S’il devait y avoir des mesures plus drastiques sur place, il est évident que les tour-opérateurs et les agences annuleront ces vacances", affirme Frédéric Forthomme.

Sur le même sujet :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK