Coronavirus en Espagne : "Nous approchons de la fin du cauchemar", assure Sanchez qui promet 70% de population vaccinée pour fin août

Coronavirus en Espagne : "Nous approchons de la fin du cauchemar", assure Sanchez qui promet que 70% de population vaccinée pour fin août
Coronavirus en Espagne : "Nous approchons de la fin du cauchemar", assure Sanchez qui promet que 70% de population vaccinée pour fin août - © JAVIER SORIANO - AFP

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a assuré mardi que "le rythme de vaccination allait s'accélérer" ces prochaines semaines afin de remplir l'objectif de vacciner 70% de la population contre le Covid-19 d'ici à fin août.

"Nous sommes face au début de la fin de la pandémie", a affirmé, devant la presse, le socialiste qui a par ailleurs déclaré que son gouvernement ne comptait pas prolonger l'état d'urgence sanitaire, un régime d'exception qui permet de restreindre les déplacements et doit prendre fin le 9 mai.

Depuis le début de la campagne de vaccination, fin décembre, seuls 6% des 47,3 millions d'Espagnols ont reçu les deux doses d'un vaccin. Mais "le rythme de la vaccination va s'accélérer en avril et nous allons nous améliorer chaque mois", grâce à la hausse des livraisons qui ont jusqu'ici accusé de nombreux retards, a promis Perdo Sanchez.


►►► À lire aussiCoronavirus en Espagne : un groupe de rock sur scène pour une expérience clinique à Barcelone


L'Espagne doit recevoir plus de 87 millions de doses entre avril et septembre, a précisé le chef du gouvernement. Évoquant le scénario le plus prudent du gouvernement, le socialiste assure que cinq millions de personnes auront été complètement vaccinées d'ici au 3 mai, 10 millions pendant la première semaine de juin, 15 millions mi-juin et 25 millions mi-juillet.

Avant d'assurer que "33 millions de personnes", soit 70% de la population, "seront immunisées fin août". Jusqu'ici, le gouvernement évoquait la "fin de l'été" pour atteindre cet objectif.

Maintien de la confiance envers le vaccin AstraZeneca

Interrogé sur les doutes autour des possibles effets secondaires du vaccin AstraZeneca, Pedro Sanchez a affirmé que ce vaccin, comme les trois autres autorisés dans l'Union européenne (Pfizer, Moderna et Janssen), "était sûr, sans aucun doute".

La levée de l'état d'urgence sanitaire, en vigueur depuis octobre et qui permet notamment d'interdire la circulation entre les régions, ne sera pas synonyme de fin des restrictions, a souligné M. Sanchez.

Compétentes en matière de santé, les régions pourront en effet continuer à appliquer des mesures contre le Covid comme les fermetures de commerces et de restaurants et la limitation du nombre maximum des personnes autorisées à se réunir.

"Nous nous approchons de la fin de ce cauchemar", a lancé le Premier ministre, tout en appelant les Espagnols à ne "pas baisser la garde". "Je comprends la fatigue et l'impatience, mais j'appelle chacun d'entre nous à agir en toute responsabilité", a-t-il dit.


►►► À lire aussiCoronavirus en Espagne : les touristes étrangers viennent profiter de la plage tandis que les Espagnols ne peuvent pas quitter leur région


L'Espagne, l'un des pays européens les plus durement frappés par la pandémie, recense officiellement plus de 75.000 morts sur 3,3 millions de cas.

Archives JT du 25/03/2021 : Espagne : l'ouverture du pays au tourisme indigne la population

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK