Coronavirus en Autriche: les autorités ne comptent pas décider seules du retour des touristes étrangers dans le pays

Marcheur avec un masque devant le château de Schönbrunn , à Vienne, le 26 avril
Marcheur avec un masque devant le château de Schönbrunn , à Vienne, le 26 avril - © ALEX HALADA - AFP

Le ministre des Affaires étrangères autrichien, Alexander Schallenberg, assure que son pays n'a pas l'intention d'autoriser seul l'entrée de touristes étrangers. "Nous allons trouver une solution ensemble avec nos pays partenaires et la Commission européenne, si un démarrage prudent du tourisme estival est envisageable", indique-t-il lundi dans le média Bild.


►►► A lire aussi : Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Le tourisme étranger sera uniquement possible par étapes et de manière prudente, insiste le diplomate.

Avant tout, seraient éligibles les pays qui sont allés aussi loin que l'Autriche dans la lutte contre la pandémie et peuvent se targuer d'un niveau d'infection aussi bas que le pays.

Il y a environ deux semaines, la ministre du Tourisme, Elisabeth Koestinger, avait déclaré que l'Autriche pourrait accepter des touristes venus d'Allemagne voisine et d'autres pays.

"La liberté de mouvement restera limitée dans les prochains mois. Mais avec des pays, comme l'Allemagne, qui se situent en bonne position, il y aura une possibilité concrète d'accords bilatéraux", avait-elle laissé entendre.

Vienne a déjà autorisé une reprise de l'activité de certains commerces non essentiels et va généraliser la mesure la semaine prochaine. Les écoles autrichiennes rouvriront progressivement à partir du 4 mai.

Les restaurants devraient pouvoir accueillir de nouveau des clients au milieu du mois de mai, selon les prévisions.

Près de 12.000 des 15.000 personnes contaminées par le coronavirus en Autriche ont officiellement été déclarées guéries de la maladie fin de semaine passé. L'épidémie a fait environ 530 morts.

Sujet sur la plainte d'une centaine de skieurs belges contre le Tyrol (18 avril)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK