Coronavirus en Autriche : le déconfinement tumultueux de la culture

Coronavirus en Autriche : le déconfinement tumultueux de la culture
Coronavirus en Autriche : le déconfinement tumultueux de la culture - © ROLAND SCHLAGER - AFP

Le gouvernement autrichien a annoncé vendredi la réouverture progressive des salles de spectacle à partir du 29 mai et fait face à une bronca des milieux artistiques ayant conduit à la démission de la secrétaire d’Etat à la Culture.

Dans le cadre du plan de déconfinement lancé mi-avril, les théâtres et les salles de concerts pourront accueillir jusqu’à 100 spectateurs à compter de fin mai, en respectant de strictes normes de distanciation sociale, a indiqué le gouvernement en conférence de presse.

La jauge sera ensuite élargie à 250 personnes au 1er juillet, date à laquelle les cinémas vont également rouvrir, et jusqu’à 1000 personnes au 1er août, avec des aménagements spécifiques. Les autorités vont aussi mettre en place un "concept préventif" encadrant les répétitions et les tournages.

Vendredi matin, la secrétaire d’Etat à la Culture a démissionné suite aux critiques de l’opposition et du secteur culturel. Ce dernier se disait oublié des aides financières et de la levée des restrictions, alors que l’Autriche a rouvert des pans entiers de son économie depuis le 14 avril.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Autriche : premier cap du déconfinement passé, le virus sous contrôle


Le gouvernement autrichien de coalition entre les conservateurs et les écologistes a mis en place un plan d’aide pour les professionnels de la culture mais il est jugé très insuffisant par ses bénéficiaires.

Le secteur culturel avait réclamé cette semaine un véritable plan de sauvetage pour l’industrie, comprenant des compensations pour les pertes de billetterie, l’élargissement à tous les corps de métier du droit au chômage partiel et au fonds de soutien.

"Bien que nous ayons annoncé des choses concrètes et que nous ayons eu de nombreuses conversations et vidéoconférences […], je me vois obligée de constater que je ne peux pas en faire plus, on ne m’a pas donné de chance", a déclaré la secrétaire d’Etat écologiste Ulrike Lunacek, une ancienne vice-présidente du Parlement européen.

Les salles de spectacle et les cinémas ont été les premiers à fermer, début mars, dans ce pays où le poids économique de la culture, notamment la musique classique, est significatif. Les musées rouvrent progressivement à partir de vendredi, comme les bibliothèques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK