Coronavirus en Arabie saoudite : des centaines de réfugiés africains parqués, accusés de propager le virus

Dans des pièces exiguës avec des barreaux aux fenêtres, des dizaines de migrants africains sont allongés torse nu les uns sur les autres, sous la chaleur accablante d’Arabie saoudite. C’est ce que l’on peut voir sur des images reçues par le journal britannique Sunday Telegraph, qui révèle que des centaines de migrants se trouvent dans cet état, enfermés dans des centres de rétention par le gouvernement saoudien par crainte du covid-19. Les réfugiés sont soupçonnés d’apporter le virus dans le pays.

Nombre d’entre eux portent des cicatrices et des marques de coups. Ils n’ont presque pas de quoi se nourrir, boire et survivre. "Nous sommes traités comme des animaux et battus tous les jours", raconte Abebe, un Ethiopien qui vit dans un de ces centres depuis plus de quatre mois. Il explique au journal anglais qu’il n’hésitera pas à mettre fin à ses jours s’il ne voit pas d’issue, comme l’ont déjà fait d’autres migrants enfermés.

Les images n’ont pas manqué de faire réagir des ONG. "Les photos montrent que les autorités du pays soumettent les réfugiés de la Corne de l’Afrique à des conditions déshumanisantes, sans égard pour leur sécurité ou leur dignité, dénonce Adam Coogle, directeur adjoint de Human Rights Watch au Moyen-Orient. Les centres de détention insalubres en Arabie saoudite tombent bien en dessous des standards internationaux. Pour un pays aussi riche, il n’y a aucune excuse à traiter des migrants dans des conditions aussi déplorables."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Italie : moins de 4% des migrants arrivés de Méditerranée testés positifs


Ce n’est pas la première fois que la condition des réfugiés en Arabie saoudite est dénoncée. Depuis une dizaine d’années, des dizaines de milliers de jeunes Ethiopiens sont arrivés dans le pays, souvent par le biais de passeurs et de trafiquants, pour vivre une vie de misère, parfois proche de l’esclavage.

Avec l’irruption de la pandémie de covid-19, ils ont été considérés comme des vecteurs pour le virus, notamment à cause de leurs habitats souvent surpeuplés. Environ 3000 Ethiopiens ont été renvoyés dans leur pays par les services de sécurité saoudiens durant les dix premiers jours d’avril, rapporte le Sunday Telegraph. Un rapport de l’Onu a révélé que 200.000 personnes de plus étaient concernées par une prochaine vague de renvoi.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK