Coronavirus : Ecolo et PS demandent le rapatriement des Belges coincés à l'étranger, dont les binationaux au Maroc

Plusieurs dizaines de Belgo-marocains sont bloqués au Maroc.
2 images
Plusieurs dizaines de Belgo-marocains sont bloqués au Maroc. - © FADEL SENNA - AFP

Plusieurs dizaines de Belgo-Marocains sont toujours bloqués au Maroc depuis l’interruption des liaisons aériennes en raison de l’épidémie de coronavirus. La raison, selon le ministre des Affaires étrangères interrogé cette semaine par la RTBF : le fait que les autorités marocaines considèrent les binationaux présents sur leur territoire comme des Marocains à part entière.

Des citoyens belges à part entière

Mais voilà, la plupart des cas concernent des personnes résidant, travaillant et ayant leur famille en Belgique. Pour Ecolo, la Belgique doit rapatrier ses ressortissants. "On ne peut accepter cette situation comme une fatalité", commente Samuel Cogolati, député fédéral écologiste dans un communiqué. "Nous nous devons de considérer ces citoyens pour ce qu’ils sont : des citoyens belges à part entière, au même titre que les milliers de Belges qui ont déjà été rapatriés, notamment depuis le Maroc. Les personnes disposant d’une double nationalité, qu’ils soient Belgo-marocains ou autres, ne sont pas des citoyens belges de seconde zone, c’est un principe d’égalité de base de notre Constitution : tous les Belges disposent des mêmes droits et des mêmes libertés."

Même discours pour Ahmed Laaouej, chef de groupe PS à la Chambre. Pour lui, tous les Belges coincés à l’étranger doivent pouvoir revenir en Belgique. "Nous sommes interpellés par une toute série de personnes dont les proches sont coincés dans différents pays à l’étranger. Ils pointent une responsabilité des autorités belges et parfois des autorités des pays où ils se trouvent, où ils ont passé leur séjour. C’est particulièrement vrai pour des pays en Amérique latine, au Maghreb et en particulier au Maroc", rapporte le député-bourgmestre de Koekelberg.

Une situation tout à fait intolérable

"Ce qui est particulièrement choquant, c’est que si ces personnes sont bloquées, ce serait en raison de leur binationalité mais aussi en raison de l’absence de mesures prises suffisamment rapidement par les autorités belges pour pouvoir les rapatrier. C’est une situation qui est tout à fait intolérable. Il y a des familles déchirées en raison de cela."

Un appel est lancé à l’adresse du ministre Goffin "afin qu’il prenne langue avec son homologue marocain pour trouver des solutions". Parmi ces binationaux coincés au Maroc, des travailleurs on l’a dit, mais aussi des personnes âgées et des malades chroniques. "Aujourd’hui, leur santé est en danger", signale Ahmed Laaouej.

Un rapatriement de Canadiens depuis le Maroc

Pour Rajae Maouane, co-présidente Ecolo, le gouvernement belge doit faire "ce qui est en son pouvoir, éventuellement en coopération avec d’autres Etats européens, pour que tous les Belges bloqués à l’étranger, au Maroc comme ailleurs, puissent être rapatriés, peu importe qu’ils aient une deuxième nationalité ou non".

Le PS souhaite également que rapidement, le ministre des Affaires étrangères fasse au Parlement le point sur la situation. "Mais je tiens à rappeler qu’il ne peut pas y avoir de citoyens de seconde zone. Avoir la double nationalité ne doit pas être un handicap pour pouvoir bénéficier du droit de revenir dans son pays, en l’occurrence la Belgique".

Selon Ecolo, le 25 mars, le Canada est parvenu à faire rapatrier des citoyens canadiens du Maroc, comme le montre ce document ci-dessous.

 

Les Affaires étrangères belges invitent depuis plusieurs jours les Belges à l’étranger qui désirent rentrer à se manifester auprès des représentations belges locales. Mais d’abord de s’inscrire sur le site Internet www.travellersonline.diplomatie.be. "Le but de cette plateforme est de localiser les ressortissants belges et de leur offrir une assistance consulaire le plus rapidement possible", précisent les Affaires étrangères.

"La semaine dernière, nous avons mis en place sept vols depuis le Maroc et les villes de Marrakech et Agadir", rappelait encore cette semaine le porte-parole du SPF Affaires étrangères. "Et nous n'opérons aucune distinction entre Belges et binationaux. Nous ne refusons l'accès à nos vols exceptionnels à personne. Mais les autorités marocaines restent souveraines en matière de contrôle de l'immigration. La Belgique n'a aucune prise là-dessus.