Coronavirus dans le monde : le programme COVAX ou comment répartir de façon équitable les vaccins entre les pays

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) demande que tous les pays bénéficient d’un accès "rapide et équitable" aux vaccins contre le COVID-19. Outre l’aspect moral que cette recommandation revêt, cela est indispensable pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie. Il faudrait en effet vacciner 60% à 70% de la population de chaque pays pour arrêter la transmission de la maladie, selon l’OMS.

Comment ces vaccins les vaccins sont-ils répartis entre les pays ?

Dans l’Union Européenne

Afin d’assurer en même temps à tous les Etats membres un accès aux vaccins contre le COVID-19, la Commission européenne a conclu des contrats avec les différentes firmes pharmaceutiques. Ces contrats d’achat anticipés doivent garantir à tous dans l’Union un accès rapide à un vaccin à un prix abordable. La Commission finance une partie des coûts supportés par les firmes, ce financement est considéré comme un acompte sur les doses qui sont effectivement achetées par les Etats membres. La répartition entre les Etats membres des doses de vaccin disponibles se fait au prorata de la population. Par exemple : il y a quasiment 448 millions d’habitants dans l’Union européenne ; donc, avec 11,5 millions d’habitants, la Belgique représente 2,6% de la population européenne.

Dans le reste du monde

Les ONG tirent la sonnette d’alarme : les pays riches, qui représentent 14% de la population mondiale, ont réservé plus de 50% des doses de vaccins. Et 9 personnes sur 10 dans le monde n’y auront pas accès en 2021, selon l’Alliance en faveur d’un vaccin universel ("People’s Vaccine Alliance" ou Gavi), dont font partie plusieurs ONG dont Oxfam et Amnesty International.


►►► Lire aussi : "Certains pays ne verront pas de vaccin avant 2024"


Les pays les plus riches, principalement en Europe et en Amérique du Nord, ont signé des contrats avec les firmes pharmaceutiques pour s’assurer de la livraison d’un nombre suffisant de vaccins pour la majorité de leur population. Mais certains Etats en ont commandé tellement que cela leur permettrait de vacciner plusieurs fois leur population totale. Par exemple, le Canada a précommandé de quoi vacciner plus de 110 millions personnes, alors qu’il n’y a que 37 millions d’habitants, selon un décompte effectué au 8 janvier 2021 par la Duke University. Selon cette source, voici les 5 pays qui se sont assurés d’une couverture vaccinale maximale :

Pays Nombre de personnes couvertes (milliers) Pourcentage de la population couverte
Canada 123,876 330,1%
Royaume-Uni 201,84 302,2%
Nouvelle-Zélande 12,156 246,8%
Australie 58,676 229,9%
Autriche 16,255 183,5%

Cette disparité a été qualifiée d'"échec moral catastrophique" par le patron de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus le 18 janvier, "et le prix de cet échec sera payé par les vies et les moyens de subsistance dans les pays les plus pauvres du monde". Il accuse les pays riches d’accorder la priorité à leurs propres accords avec les fabricants, faisant grimper les prix et essayant de contourner les files d’attente. Selon lui, 44 accords avaient déjà été conclus en 2020 entre ces pays et les fabricants, et au moins 12 ont été signés depuis le début 2021. "La situation est aggravée par le fait que la plupart des fabricants ont donné la priorité à l’approbation réglementaire dans les pays riches où les bénéfices sont les plus élevés, plutôt que de soumettre des dossiers complets à l’OMS", ajoute-t-il.

Voici une carte qui représente le nombre de doses de vaccins contre le coronavirus administrées par 100 habitants

3 images
Inde : transport de doses de vaccin dans un conteneur réfrigéré © Sajjad HUSSAIN

Le mécanisme COVAX

Afin d’assurer une meilleure collaboration entre les Etats de manière à offrir un accès plus équitable aux vaccins, le mécanisme COVAX a été créé en septembre 2020. Il est codirigé par l’OMS, l’Alliance Gavi, (Alliance du vaccin) et la CEPI (Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies. Quelque 190 pays ont rejoint cette initiative, pour négocier avec plus de poids face aux entreprises pharmaceutiques. L’administration Biden qui vient d’entrer en fonction, a récemment annoncé qu’elle allait rejoindre cette initiative.

Financement

Le système COVAX vise à fournir d’ici la fin de 2021 des vaccins anti-Covid à au moins 20% de la population des pays participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet aux 92 pays défavorisés qui y participent d’avoir accès aux précieuses doses. En novembre 2020, le mécanisme mixte public-privé de financement du système COVAX avait permis de réunir plus de 2 milliards de dollars. Mais pour mener à bien le projet, il faudra 5 milliards de dollars supplémentaires en 2021. Les promesses de soutien proviennent d’Etats tels que le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Corée du Sud, le Japon, le Canada, la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement. Parmi les donateurs privés il y a la Fondation Bill & Melinda Gates.

Le docteur Seth Berkley, patron de Gavi, qui est en charge des commandes et livraisons des vaccins au sein de Covax estimait le 23 janvier que les fabricants de vaccins pourraient fournir au mécanisme 6 à 7 milliards de doses en 2021.

Fonctionnement

Le COVAX fonctionne comme une sorte de police d’assurance : il est constitué du plus vaste portefeuille de vaccins possible et il mutualise le pouvoir d’achat des pays riches, plutôt que de les voir se concurrencer. N’importe quel pays, quelle que soit sa capacité à financer les vaccins, bénéficie du même accès. Les pays riches qui soutiennent le développement et la fabrication des vaccins, augmentent leurs chances de bénéficier d’un vaccin et s’assurent que le reste du monde y aura aussi accès. Les pays éligibles doivent faire la demande pour bénéficier du mécanisme COVAX. Et ils doivent s’engager à respecter un certain nombre de principes.

Les partenaires du GAVI, l’UNICEF et l’OMS, se chargeront d’assurer une infrastructure et un soutien logistique afin de pouvoir livrer les vaccins en toute sécurité.

3 images
Vaccination à Victoria (Seychelles) © RASSIN VANNIER - AFP

Initiative de l’Union africaine

L’Union africaine (UA), qui comprend 55 pays, a lancé une initiative, distincte du programme COVAX, de l’OMS et de partenaires privés. Ce programme, nommé Avatt (African Vaccine Acquisition Task Team), vise à fournir un accès équitable aux vaccins. Le 28 janvier 2021, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) a annoncé que l’UA avait déjà obtenu 670 millions de doses qui doivent être disponibles dans les deux années à venir pour les pays africains, dont la plupart n’ont pas les moyens de financer l’immunisation de leur population. Sur ces doses, 400 millions "ont été garanties auprès de l’Institut Serum" (en Inde), selon John Nkengasong, directeur de Africa CDC.


►►► Lire aussi : Le combat de l’Afrique du Sud pour les vaccins


Le Serum Institute of India (SII), ou Institut Serum, produit à grande cadence des millions de doses du vaccin contre le Covid-19 Covishield, développé par AstraZeneca et l’université d’Oxford, pour l’Inde et une grande partie des pays en développement.

Selon les estimations, l’Afrique aura besoin d’1,5 milliard de vaccins pour immuniser 60% de son 1,3 milliard d’habitants, pour un coût qui oscille entre 5,8 et 8,2 milliards d’euros. Plusieurs pays africains ont déjà commencé à vacciner leur population : le Maroc, l’Egypte, les Seychelles, la Guinée et l’île Maurice.

Ce Qui Fait Débat (CQFD) 13/01/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK