Coronavirus: chutes historiques sur les places boursières du monde entier

Coronavirus: chutes historiques sur les places boursières du monde entier
Coronavirus: chutes historiques sur les places boursières du monde entier - © DIRK WAEM - BELGA

Historique. La Bourse de Bruxelles a connu l'une des pages les plus sombres de son histoire. Alors que la pandémie de coronavirus (Covid-19) n'en finit pas de gripper l'économie mondiale et de tétaniser les investisseurs, son indice vedette, le Bel 20, créé en 1991, a connu la plus forte chute en une seule séance de son histoire, avec une dégringolade de 14,21%, à 2.701,00 points.

Lundi, l'indice boursier avait déjà chuté de 7,58%. Par rapport au 17 février dernier, le Bel 20 a perdu plus de 35%, ce qui représente des dizaines de milliards d'euros de capitalisation boursière partis en fumée. Les mesures annoncées par la BCE jeudi, qui n'a pas baissé ses taux, contrairement aux attentes, ont enfoncé encore plus les Bourses qui avaient déjà commencé la séance groggy, après l'interdiction pendant 30 jours par l'administration Trump des vols passagers en provenance de l'Europe à destination des Etats-Unis.

Francfort, Londres, Paris, Milan and Co 

La Bourse de Francfort a connu jeudi sa pire séance depuis 1989, plongeant de 12,24% sur fond de panique des marchés déclenchée par l'épidémie de coronavirus, portant les pertes depuis le début de l'année à 30,9%. L'indice vedette (Dax) a reculé de 1.277,55 points pour finir à 9.161,13 points, passant sous la barre des 10.000 points pour la première fois depuis 2016. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté cédé 10,91%, à 20.168,02 points.

La bourse de Paris plonge de 12.28% à la clôture et signe également sa pire séance de son histoire. Milan, en Italie, enregistre aussi la plus lourde chute de son histoire boursière avec un effondrement de 16,92%. La Bourse de Londres termine sur un plongeon de 9,81%, pire séance depuis octobre 1987. 

Les Bourses européennes ont perdu plus de 10% dans la journée, une des pires séances de leur histoire, retombant à leur plus bas niveau depuis 2016 malgré les nouvelles mesures de soutien au crédit annoncées par la BCE.

La panique aux Etats-Unis aussi 

La panique était telle que les échanges ont été suspendus pendant 15 minutes après l'ouverture à Wall Street. Le Dow Jones n'en a pas moins plongé à la reprise de l'activité, lâchant plus de 7% vers 13h55 GMT (14h55, à Bruxelles).  Même scénario à Sao Paulo: la Bourse s'est enfoncée à l'ouverture de plus de 11%, avant que les échanges ne soient suspendus pour la troisième fois de la semaine. 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK