Coronavirus aux Pays-Bas : "Ces violences sont un acte criminel et non de la protestation", estime le Premier ministre

Les émeutes qui ont eu lieu dans diverses villes néerlandaises ce week-end n’ont rien à voir avec des manifestations, a déclaré le Premier ministre Mark Rutte. C’est de la "violence criminelle" et elle sera traitée de cette façon.

"On se demande vraiment ce qui passe par la tête de ces gens", a déclaré le Premier ministre ce lundi matin. "Cela n’a rien à voir avec la lutte pour la liberté."

Des actes perpétrés par des "idiots"

Ce qui a commencé comme une manifestation contre le couvre-feu s’est transformé en une explosion de violence, en particulier samedi et dimanche soir. Dans plusieurs villes, la police a dû intervenir durement. Les émeutiers ont laissé des dégâts à Eindhoven, entre autres.

Rutte fait également l’éloge de la police, mais aussi des bourgmestres et des journalistes pour leur travail. "La police a agi de manière très adéquate, en tous lieux."

Mark Rutte juge également inadmissible que des "idiots" aient attaqué un hôpital avec des pierres, comme ce qui s’est passé au Medisch Spectrum Twente à Enschede. "Des gens s’y relaient jour et nuit pour remettre sur pied les patients", a déclaré le Premier ministre.

Selon Mark Rutte, la majorité de la population adhère simplement aux règles, y compris le couvre-feu. "Pratiquement 100% désapprouvent ces actes."

Confinement au Pays-Bas: des manifestations dégénèrent (JT 24/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK