Coronavirus au Kenya : des vaccins reçus via le programme Covax offerts au personnel des Nations Unies

Une polémique est en train d’enfler au Kenya : les autorités ont fait le don de plusieurs milliers de doses de vaccins anti-Covid aux diplomates et employés des Nations Unies vivant à Nairobi, la capitale. Il s’agit de doses reçues gratuitement par le Kenya grâce au dispositif de solidarité Covax. Ce programme lancé par l’OMS est destiné à garantir l’accès aux vaccins pour les populations les plus vulnérables.

"Il faut protéger tous les résidents du Kenya, qu’ils soient étrangers ou locaux" : voilà la justification des autorités kenyanes après ce don de vaccins anti-Covid à des diplomates, employés des Nations Unies, ainsi qu’à leurs familles. Au total, entre 25.000 et 30.000 personnes sont concernées.


►►► A lire aussi : Le programme COVAX ou comment répartir de façon équitable les vaccins entre les pays


Cela suscite la colère des professionnels de santé, dont une infime poignée seulement a pu bénéficier d’une première injection à ce jour. Ils appellent le gouvernement à donner la priorité aux Kenyans les plus vulnérables, comme le prévoit pourtant le dispositif Covax, et non à des expatriés vivant dans les beaux quartiers de la capitale.

Leur colère se fait d’autant plus grande que le pays fait face à une troisième vague bien plus virulente que les précédentes. Le nombre de morts bat des records, les hôpitaux sont saturés, les soignants sont à genoux et sous-équipés.

Mais déjà, plusieurs ambassades ont reçu ces vaccins donnés gracieusement par le Kenya. Pour apaiser les esprits, les Nations Unies assurent de leur côté ne vacciner que leurs employés au profil à risque dans un premier temps.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK