Coronavirus au Brésil : des patients toujours plus jeunes aux soins intensifs

Malgré les minimisations de son président Jair Bolsonaro, le Brésil s’enfonce dans la crise du Covid-19 : dans l’État de Rio de Janeiro, on compte jusqu’à 4250 décès par jour. En soins intensifs, le taux d’occupation des lits oscille entre 90 et 100%, et aucune région n’est épargnée. Les médecins avouent ne plus en dormir la nuit. "Nous ne savons pas si nous aurons les moyens de soigner les patients, si nous aurons des médicaments, si nous aurons de l’oxygène, les conditions pour soigner correctement les patients", alerte Altair Soares Neto, directeur général de l’hôpital de Rio.

Mais c’est surtout l’âge des personnes contaminées qui inquiète : la plupart des patients en soins intensifs ont moins de 40 ans. A Manaus, en pleine Amazonie, le virus touche les plus jeunes. "J’ai vu des cas de gamins de 19 ans qui arrivent en toussant et le lendemain ils sont sous respirateur, témoigne Eddy Wala, un Belge qui travaille dans le secteur de la pêche. Quelques jours après, ils sont décédés."


►►► À lire aussi : Coronavirus : des patients en isolement et plongés dans le coma réconfortés grâce à la "main de Dieu", deux gants simulant la présence d’un proche


Si les jeunes sont plus touchés, c’est notamment parce que beaucoup ont continué à travailler en extérieur, pour subvenir aux besoins de la famille. Certains veulent aussi oublier le coronavirus. "Le centre est bondé, les gens circulent avec et sans masque, note Eddy Wala. Il y a un relâchement total, ville est calme mais les gens se rencontrent vont au magasin, au supermarché." Et même lorsqu’il y a des règles à suivre, on trouve le moyen de les contourner. Ce week-end, 60 bars ont fermé à Manaus. "Mais si les gens ne peuvent pas aller au bar, ils vont au milieu de la forêt avec 200 personnes !", soupire Eddy Wala.

Depuis l’arrivée du virus, 13 millions de Brésiliens ont été infectés : c’est plus que l’ensemble de la population belge. Pourtant, le gouvernement de Jair Bolsonaro balaie l’idée d’un confinement strict. "On a eu 15 jours de confinement et puis maintenant tout refonctionne normalement, s’agace Eddy Wala. Le gouvernement ferme les yeux, on essaye d’éviter les données, mais on les a, les médias font leur boulot." Des statistiques qui font parfois froid dans le dos : 351.000 morts du Covid-19 au Brésil, dont 66.500 pour le seul mois de mars 2021…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK